C'est la fin du soleil, la grisaille arrive

METEO Après un week-end exceptionnel, les températures vont baisser brutalement ces prochains jours…

Guillaume Boulord

— 

Les premiers coups de soleil de l'année ont été enregistrés hier sur les plages océanes.
Les premiers coups de soleil de l'année ont été enregistrés hier sur les plages océanes. — J.P. vincent / 20minutes

Vous avez ressorti les transats. Sur votre peau, le soleil a imprimé la marque de votre t-shirt ou de votre débardeur. Vous ne pensez plus qu’à parfaire votre bronzage. La météo des prochains jours risque de vous faire descendre de votre petit nuage. Fini les records de chaleurs, la semaine qui vient est à la grisaille et le week-end qui suit ne sera guère mieux.

Ressortir sa petite laine

Ce début de semaine annonce le retour des nuages: dès lundi à l’Ouest, mardi pour l’Est. Surtout, fini  les record de chaleurs de ces derniers jours: à Paris, les températures vont chuter de 8°C, passant de 23°C à 15°C; à Strasbourg, elles chuteront même de 10°C. Mercredi, les gelés seront de retour dans le Nord-est. Sur les côtes méditerranéennes, la température avoisinera mardi après-midi les 20°C. «Il vaudra mieux prendre une petite laine, car la sensation de fraicheur va être brutale», commente Pascal Scaviner, responsable du service prévision de la chaine météo.

Pour le reste de la semaine les températures seront en moyenne assez basse, entre 15 et 20 degrés l’après midi sur l’hexagone, et même entre 12 et 14 degrés pour les parisiens.

Un week-end agréable

Le week-end s’annonce sous de meilleures hospices, mais sans comparaison avec le précédent. Le soleil va revenir par les côtes de la Manche. «On se dirige vers un scénario optimiste», commente Patrick Gallois, prévisionniste à Météo France. Il prévoit «deux belles journées» pour samedi et dimanche. Les températures seront au-dessus des normales saisonnières, «plus proches de celles du mois de mai que celles du mois d’avril».

Et l’été?

Tous les prévisionnistes le disent, il est trop tôt pour savoir le temps qu’il fera cet été. La tendance se dessinera début juin, pas avant. Mais l’un d’entre eux s’est prêté au jeu. Pour Pascal Scaviner, «il n’y a pas de scénario extrême qui se dégage. Ni canicule, ni l’inverse. Ce sera un été standard. Une chose est sur en tout cas: ce n’est pas parce qu’on a eu un hiver précoce et de belles températures ce mois-ci que l’on va connaître un été de canicule».