Prénom «ridicule»: Johnny a le droit de s'appeler Karim

JUSTICE La Cour d’appel de Pau a donné raison au jeune garçon qui n'en pouvait plus de son prénom...

J. M.

— 

Ah que ouf! Le jeune Johnny Layre, qui devait son prénom à l’admiration de sa mère pour l’ex-idole des jeunes, a obtenu gain de cause, ce lundi, devant la Cour d’appel de Pau. La décision de justice a supprimé son premier prénom, qu’il jugeait «ridicule», au profit de son second, Karim.

«Commencer une nouvelle vie»

«C'est une excellente nouvelle qui va permettre à M.Layre de commencer une nouvelle vie», s’est félicitée l’avocate du jeune homme dans Sud Ouest. Un soulagement d’autant plus grand qu’il intervient au terme de plus d’un an de procédure, alors que le tribunal de Pau l’avait débouté en première instance en mai 2010.

«J’en ai marre des moqueries, des "Ah que coucou!" quand j’arrive quelque part. J’en peux plus», expliquait Karim en mars dernier. Les attestations de ses proches, assurant que le jeune homme se faisait depuis l’adolescence systématiquement appeler par son second prénom, hérité de son père, ont convaincu la Cour d’appel.