Guéret: Un couple jugé pour avoir tué la mère de la femme

© 2011 AFP

— 

La cour d'assises de la Creuse juge à partir de lundi un couple accusé d'avoir frappé à mort la mère de la femme, dissimulant ses restes pendant près de quatre ans dans de la chaux, puis de l'acide, du ciment et du goudron, avant de les conserver dans des pots de peinture.

Séverine Lafont, 30 ans, et Pascal Formont, 51 ans, sont poursuivis pour «violences habituelles sur personne particulièrement vulnérable ayant entraîné la mort sans intention de la donner», un crime puni de 30 ans de réclusion criminelle, et pour escroquerie, car ils avaient rédigé des faux pour continuer à percevoir l'allocation pour adulte handicapé (AAH) de la victime, la mère de Mme Lafont, Madeleine Alleyrat, 56 ans.

Corps dissous dans l'acide

Celle-ci, handicapée physique à 80%, vivait avec eux depuis la fin de l'été 2003, à Arrènes, et était régulièrement frappée. Elle aurait succombé à de nouveaux coups dans la nuit du 7 au 8 mars 2004.

Bien qu'ils ne soient pas poursuivis pour cela, la manière dont ils ont tenté de se débarrasser du corps devrait alimenter les débats. Celui-ci a d'abord été congelé, puis enterré et recouvert de chaux, puis partiellement dissous dans de l'acide de batterie avant d'être mis dans une lessiveuse coulée dans le ciment, puis recouvert de goudron liquide et placé dans deux pots de peinture. Ces pots ont d'abord été entreposés dans un box, dans l'Allier, avant de suivre le couple dans son nouveau domicile creusois.

Le couple a trois enfants

C'est là que les gendarmes, alertés par les autres enfants de la victime, ont fini par découvrir les restes, dans le garage, le 29 novembre 2007.

Les deux concubins, qui ont trois enfants âgés de 5 à 11 ans, nient chacun être à l'origine du décès. La défense de Mme Lafont compte démontrer que celle-ci vivait sous l'influence de son ami. Le verdict est attendu vendredi.