Claude Guéant: «La France n'entend pas subir une vague d'immigration de Tunisiens»

IMMIGRATION Le ministre de l'Intérieur français prévient l'Italie...

© 2011 AFP
— 
Le ministre de l'Intérieur Claude Guéant le 3 mars 2011 à Paris.
Le ministre de l'Intérieur Claude Guéant le 3 mars 2011 à Paris. — AFP PHOTO/THOMAS SAMSON

Paris ne veut «pas subir une vague d'immigration» tunisienne venue d'Italie où elle renverra des candidats au séjour qui ne rempliraient pas les conditions d'identité et de ressources requises, a prévenu ce jeudi le ministre de l'Intérieur, Claude Guéant.

Rome a annoncé mercredi la délivrance de permis de séjour temporaires «humanitaires» aux immigrés tunisiens arrivés récemment sur son sol, qui leur permettront de voyager dans toute la zone Schengen. Mais selon «l'analyse» de Claude Guéant, ces documents ne sont pas suffisants pour leur éviter d'être renvoyés en Italie.

2.800 Tunisiens interpellés en mars en France

Pour circuler «à l'intérieur de l'Espace Schengen, il ne suffit pas d'avoir une autorisation de séjour dans (un des Etats membres), encore faut-il avoir des documents d'identité et, surtout, justifier de ressources», a expliqué à l'AFP le ministre. «Si ces conditions ne sont pas réunies, la France est tout à fait en droit de ramener en Italie» les personnes concernées. «C'est ce qu'elle fera», a assuré le ministre de l'Intérieur.

La France «se réjouit que la Tunisie entre dans une ère de liberté et de démocratie, mais elle n'entend pas subir une vague d'immigration de Tunisiens justifiée strictement par des considérations économiques», a-t-il commenté.

En mars, 2.800 Tunisiens en situation irrégulière ont été interpellés sur le territoire français. «La plus grande partie a été reconduite en Italie», a relevé Claude Guéant. Pour les autres, «les procédures sont encore en cours», a ajouté le ministre qui a envoyé mercredi une circulaire aux préfets, précisant les conditions que devaient remplir les immigrés venus d'Italie pour prétendre rester sur le territoire national.

Etant donné les débordements systématiques sur ce type d'article, nous sommes contraints de le fermer aux commentaires.