Mediator: L'Etat crée un fonds d'indemnisation

SANTE Ce fonds va pallier les refus d'indemnisation des laboratoires Servier...

Avec Reuters
— 
Les autorités ont repris la main et essayé de limiter les risques en demandant aux personnes ayant pris du Mediator, un médicament pour diabétiques en surpoids qui aurait causé au moins 500 morts, d'aller consulter leur médecin, pour vérifier l'absence d'atteinte cardiaque
Les autorités ont repris la main et essayé de limiter les risques en demandant aux personnes ayant pris du Mediator, un médicament pour diabétiques en surpoids qui aurait causé au moins 500 morts, d'aller consulter leur médecin, pour vérifier l'absence d'atteinte cardiaque — Bertrand Guay AFP

Si ce n'est Servier, ce sera l'Etat. Celui-ci va créer lui-même un fonds d'indemnisation des victimes du Mediator pour pallier un éventuel refus des laboratoires Servier mais il entend bien se retourner contre ce dernier pour se faire rembourser, a annoncé mercredi le ministère de la Santé.

Servier, deuxième laboratoire pharmaceutique français, a jusqu'à présent refusé d'assumer seul l'indemnisation inconditionnelle des victimes du Mediator, un médicament qui aurait tué entre 500 et 2.000 personnes.

Prenant acte d'un nouveau refus de Servier ce mercredi lors d'une cinquième rencontre avec Claire Favre, présidente de la chambre commerciale de la Cour de cassation, chargée du dossier par le gouvernement, le ministre de la Santé, Xavier Bertrand, explique dans un communiqué qu'il va proposer au Premier ministre et au président de la République la création d'un fonds d'indemnisation.

«Indemnisation intégrale»

«Ce dispositif permettrait alors de proposer à l'ensemble des victimes un guichet unique», géré par l'Oniam (Office national d'indemnisation des accidents médicaux, des affections iatrogènes et des infections nosocomiales), explique son ministère.

«Il offrirait une indemnisation intégrale aux victimes tout en garantissant leur droit d'intenter une action pénale si elles le souhaitaient», ajoute-t-il.

Servier a annoncé la création d'un fonds doté initialement de 20 millions d'euros et ouvert à tous les patients ayant pris du Mediator à condition qu'ils renoncent à toutes poursuites judiciaires contre le laboratoire. Cette proposition a suscité un tollé tant du côté des victimes que de l'Assurance maladie.

Servier paierait quand même ses refus d'indemnisation

L'objectif de la création d'un fonds par l'Etat «est bien une indemnisation légitime des victimes du Médiator», explique le ministère de la Santé. «Mais il n'est pas question que la solidarité nationale paie à la place du premier responsable, les Laboratoires Servier.»

«C'est pourquoi avant toute indemnisation par l'Oniam, une demande d'indemnisation sera formulée aux Laboratoires Servier. Si ceux-ci refusent, l'Oniam pourra, après avoir indemnisé les victimes, saisir la justice pour se faire rembourser ces sommes.»

«Dans ce cas, poursuit-il, le responsable pourra se voir appliquer une pénalité pour ne pas avoir accepté la demande initiale», précise le ministère.