Débat sur la laïcité: «On ne devrait pas que parler de l'islam»

POLITIQUE Des encartés UMP musulmans ont assisté au débat controversé...

Gilles wallon

— 

Le grand débat sur la laïcité et l'islam a été expédié en trois heures .
Le grand débat sur la laïcité et l'islam a été expédié en trois heures . — S. ORTOLA / 20 MINUTES

Après deux mois de polémique et de déchirures au sein de l'UMP, le parti présidentiel a finalement expédié, mardi, en trois heures, le «grand débat» sur la laïcité et l'islam qu'avait souhaité Nicolas Sarkozy. Il fallait en finir, et vite, pour passer à d'autres sujets qui concernent davantage les Français comme l'emploi, la précarité ou le pouvoir d'achat. Sur l'estrade, autour du secrétaire général Jean-François Copé et de ses invités, aucun représentant du Conseil français du culte musulman. Ils ont tous boycotté, et violemment critiqué, cette rencontre qui « stigmatise » leur communauté.

«L'islam, c'est le pardon »

Les seuls musulmans venus assister au débat sont d'ailleurs des militants UMP. Ils sont une poignée, adossés au mur de la salle archibondée de l'hôtel Pullman Montparnasse, à Paris, où se tient la convention. Marouane, 33 ans, trouve qu'il y avait tout de même «d'autres priorités» à traiter avant de s'attaquer à la laïcité. «La conjoncture économique, par exemple», soupire-t-il, en essayant tout de même de voir le «positif»: «La société française ignore totalement la réalité de la religion musulmane.»

>> Revivez toute la convention sur la laïcité et l’islam de l’UMP en direct

Ce débat pourrait «mettre en lumière le respect qui est au cœur de l'islam», espère-t-il. Même discours pour Hassan, 48 ans, qui pense que boycotter la rencontre est une fausse solution: «Il faut aller à tous les débats, il faut qu'on participe, qu'on explique, qu'on soit ouverts. C'est très important pour que l'islam soit compris. L'islam, c'est la tolérance, c'est le pardon.»

Sur l'estrade, Jean-François Copé l'assure: «Les Français réclament ce débat. Les sondages en attestent, même si, à Paris, on feint de les ignorer.» Salim, un Franco-Comorien, approuve ce discours. Il salue même le «courage» de l'UMP. «C'est le seul parti qui ose aborder cette question. Ils disent tout haut ce que les socialistes pensent tout bas.» Marouane, lui, a tout de même des regrets: «On ne devrait pas que parler de l'islam. Si on évoque la laïcité, alors on devrait parler de toutes les religions ensemble.»

>> En raison de débordements systématiques, cet article a été fermé aux commentaires.