Affaire Boulin: sa fille va lancer une enquête ADN sur la lettre de suicide de Robert Boulin

JUSTICE Robert Boulin a été retrouvé mort en 1979 dans un étang...

Vincent Vantighem

— 

Le corps de Robert Boulin, le 30 octobre 1979.
Le corps de Robert Boulin, le 30 octobre 1979. — LAURENT XYZ/SIPA

«Amicalement». La mention manuscrite figure à côté de la signature. «C’est bizarre de signer une lettre ‘Amicalement’ quand on prévoit de se suicider», confie Fabienne Boulin. La fille du ministre Robert Boulin -retrouvé mort dans un étang de Rambouillet en 1979-  n’a pas perdu espoir de faire la lumière sur la mort de son père. Lundi, elle nous a annoncé qu’elle allait commander, elle-même, l’analyse ADN d’une lettre prétendument posthume de son père.

Plusieurs timbres

Quelques jours après sa mort en 1979, plusieurs médias avaient, en effet, reçu des photocopies d’une lettre tapée à la machine dans laquelle Robert Boulin justifiait les raisons de son suicide. Ses lettres n’ont jamais été analysées.

Fabienne Boulin, sa fille, a toujours douté qu’elles aient bien été écrites par son père. Elle croit au contraire à la thèse d’un complot politique. Trente et un ans après les faits, elle vient de récupérer l’une de ses lettres. «Il y a l’enveloppe, plusieurs timbres et quatre feuillets, nous a-t-elle confié, lundi. On me l’a remise devant un huissier. Elle est désormais scellée par la cire. La justice n’a pas voulu le faire. Alors, je vais la faire analyser moi-même.»