Sida et homosexualité: Nora Berra veut dissiper «une incompréhension»

E.O.

— 

«Je souhaite dissiper ce qui s’apparente manifestement à une incompréhension». C’est par ces mots que la secrétaire d’Etat à la santé est revenue sur la polémique déclenchée par ses déclarations, la semaine dernière, devant le Sénat. Nora Berra avait jugé que «l’homosexualité était un facteur de risque pour le VIH», une raison pour laquelle le don d’organes des gays était «contre-indiqué».

«C’est bien la notion de pratiques à risques qui doit être prise en compte comme facteur de risque du VIH et non pas, évidemment, le fait d’être homosexuel», écrit la secrétaire d’Etat dans un communiqué publié dimanche sur son blog.

«Je tiens à rappeler mon engagement personnel de près de 20 ans, en tant que médecin puis femme politique, aux côtés des patients atteints par le VIH/SIDA et dans la prévention de la maladie en partenariat avec les associations», poursuit elle, fustigeant «ceux qui laissent planer une accusation d’homophobie infondée, offensante et particulièrement grave à mon encontre».

Dimanche soir, Pierre Bergé, vice-président de l’association Sidaction, avait jugé les propos de Nora Berra «insupportables».