Une boîte de Mediator, médicament retiré de la vente en novembre 2009 et soupçonné d'avoir causé au moins 500 morts en France.
Une boîte de Mediator, médicament retiré de la vente en novembre 2009 et soupçonné d'avoir causé au moins 500 morts en France. — AFP PHOTO/FRED TANNEAU

SANTÉ

Mediator: Des associations de victimes veulent accélérer les indemnisations

es représentants des patients demandent la création d'un fonds spécial...

«Faire bouger les choses après quatre mois d’immobilisme et de vent.» Gérard Raymond, président de l’Association française des diabétiques (AFD) ne veut pas que les victimes du Mediator attendent leur indemnisation indéfiniment. C’est la raison pour laquelle il a demandé ce jeudi, en compagnie d’autres associations de patients, la création d’un fonds d’indemnisation spécifique lors de son audition par la mission parlementaire.

«Un fonds unique, public et indépendant du laboratoire Servier dans sa gestion», précise un porte-parole du Collectif interassociatif sur la santé (Ciss), également à l’origine (avec l’Association d’aide aux victimes d’accidents médicaux et le Lien, autre association de défense des victimes d'accidents médicaux).  Un fonds qui permettrait surtout d’éviter aux patients touchés, parfois gravement atteints et affaiblis, le calvaire de longues procédures judiciaires individuelles.

«Ca pourrait être fait assez vite»

Pour Christine Ravaz, qui gère plusieurs dossiers de ce type, la responsabilité de Servier est suffisamment établie pour permettre d’épargner aux victimes «la voie pénale, qui peut mettre 10 ans à aboutir, en incluant tous les recours possibles», et sans compter les freins déjà rencontrés par les victimes pour obtenir des documents médicaux. Une période à mettre en balance avec «l’espérance de vie de certains patients, parfois inopérables», poursuit l’avocate toulonnaise.

«Ca pourrait être fait assez vite», suppose le Ciss, si leur proposition était étudiée sous la forme d’un amendement au projet de réforme de la loi Hôpital, patients, santé et territoire qui arrive à l’Assemblée. «D’ici la fin de l’année», espère même Gérard Raymond, qui se veut optimiste tant il croit avoir été entendu par Xavier Bertrand et les parlementaires.

«Des patients sont d’ores et déjà indemnisables»

Lundi, pourtant, à l’issue d’une entrevue avec les associations de victimes du Mediator, le ministre de la Santé a rappelé qu’il refusait de voir l’Etat «payer à la place du laboratoire». Mais du côté des associations, si on veut mettre l’Etat en face de ses responsabilités dans cette affaire, on ne compte pas pour autant laisser Servier s’en tirer à si bon compte.

«Servier peut abonder ce fonds d’indemnisation pour partie», avancent en cœur le Ciss et l’AFD. Charge à l’Etat de régler ses comptes et de récupérer les sommes déboursées dans un second temps. «Des patients sont d’ores et déjà indemnisables», estime l’AFD. Ce que confirme Christine Ravaz, qui indique avoir envoyé des demandes pour 20 personnes dont le dossier a été instruit.