Damien Fleury, et ses enfants à Vasteras en Suède avec ses enfants, le 19 septembre  2010.
Damien Fleury, et ses enfants à Vasteras en Suède avec ses enfants, le 19 septembre 2010. — CHESNOT/SIPA

INTERVIEW

Damien Fleury: «On est plutôt confiants» pour Caroline

Le compagnon de la Française emprisonnée en Suède pour maltraitance sur un de leurs enfants revient sur le procès en appel qui se déroule depuis lundi à Stockholm...

Caroline Suard, 26 ans, a été condamnée à quatre ans de prison en janvier dernier, en Suède, pour «maltraitance aggravée» sur son fils âgé de six mois à l’époque des faits, Timo. Son procès en appel s’est ouvert ce lundi. Interrogé par 20minutes.fr, son compagnon, Damien Fleury, ex-hockeyeur grenoblois, donne son sentiment. 

>> Pour retrouver toute l’affaire, cliquez ici 

 Comment s’est déroulée cette deuxième journée d’audience?

On est plutôt confiants. On revisionne le procès en première instance, qui avait été enregistré, et on voit bien qu’il n’y a aucune preuve contre Caroline. Le médecin qui a porté plainte contre elle n’a jamais montré les radios de Timo. Notre avocate rit du comportement de ce dernier mais aussi de la procureure. Quand j’y repense, je n’avais même pas pu assister au procès, hormis le dernier jour. Même l’enquête a été mal faite. On n’a jamais rien signé, on a pris connaissance du brouillon, pas de la déposition officielle.

Les conditions du procès en appel sont différentes?

Oui, parce qu’il se déroule à Stockholm et qu’il est présidé par trois nouveaux juges. A Västeraas (une petite ville près de Stockholm dont le club a recruté l’ex-hockeyeur grenoblois), tout le monde se connaît.

Qu’espérez-vous exactement?

On espère que le chef d’accusation passe de «maltraitance aggravée» à «coups et blessures involontaires» et que Caroline soit relâchée. Si elle reste condamnée, c’est que là, il y a vraiment quelque chose, ce n’est pas possible.

Allez-vous quitter la Suède si votre compagne est libérée?

Pas dans l’immédiat car j’ai signé un nouveau contrat pour deux ans. Mais on changera de ville.

Et envisagerez-vous des poursuites?

Si elle est libérée, on va d’abord souffler un peu et on verra par la suite ce qu’on fait. Pour l’instant, on attend la décision, qui interviendra environ quinze jours après la dernière journée d’audience le 4 avril.

 

Vous sentez-vous soutenus par les autorités françaises?

Le consul vient chaque jour d’audience et notre avocat a écrit pas mal de lettres au gouvernement français, qui suit de très près l’affaire.