Sécurité routière: Des radars embarqués à bord de voitures, voire de motos, à partir de l'été

© 2011 AFP

— 

Le gouvernement va expérimenter à partir de cet été de nouveaux radars embarqués à bord de voitures, voire de motos, banalisées, a annoncé ce lundi la déléguée interministérielle à la Sécurité routière, Michèle Merli, qui entend généraliser ce dispositif rapidement.

«Globalement, il s'agira de radars comme on les voit sur les bords de routes mais qui circuleraient», a-t-elle précisé à l'AFP.

«L'expérimentation sera lancée dès cet été et pour six mois et pourra être prolongée de trois mois», a ajouté Michèle Merli, confirmant une information de l'hebdomadaire Auto Plus. Elle a souhaité que ces radars soient opérationnels «le plus tôt possible» pour que «chacun respecte partout et tout le temps les règles de circulation».

Contrôler dans le flux de circulation

Le ministre de l'Intérieur, Claude Guéant, avait indiqué le 21 mars, lors d'une réunion avec les associations oeuvrant pour la sécurité routière, que «police et gendarmerie (seraient) dotées d'un radar de nouvelle génération permettant de contrôler les automobilistes dans le flux de la circulation depuis un véhicule en mouvement».

Un appel d'offres pour la fourniture de ces appareils est paru le 17 mars au Bulletin officiel des Annonces des Marchés publics. Les fabricants ont jusqu'au 26 avril pour soumettre leur offre, selon le document.

Il s'agit de développer «des dispositifs de radars ou des dispositifs photo, vidéo, laser, ou autres, qui, à partir d'un véhicule qui est dans la circulation, pourront mesurer et sanctionner des débordements et des dépassements», a détaillé Michèle Merli.

L'association Prévention routière ravie

Le système, «automatique», sera «intégré de manière légère dans les véhicules quatre roues, voire deux roues», a-t-elle précisé: pour les motos, «nous nous réservons, dans le cadre du marché de développement (après expérimentation, NDLR), la possibilité, si les propositions qui nous sont faites peuvent être commodes, de bon usage, et si on nous le propose pour des deux roues, d'examiner la situation».

Les associations ont salué cette initiative.

«Chacun pourra se dire: +la voiture ou la moto derrière moi peut éventuellement me contrôler+», a souligné la présidente de la Ligue contre la violence routière, Chantal Perrichon. «C'est un message qui va dans le bon sens», a renchéri Bernard Pottier, président de l'association Prévention routière.

Le nombre de tués sur la route encore trop élevé

Au 1er juin 2010, il y avait sur les routes françaises 2.804 radars (1.680 fixes, 933 mobiles embarqués sur des véhicules de police et de gendarmerie et 191 pour le franchissement de feux rouges).

Un millier de radars supplémentaires doivent être déployés d'ici 2012, dont 100 radars tronçons (mesurant la vitesse moyenne d'un véhicule sur un trajet de plusieurs kilomètres) et 90 radars discriminants (permettant de différencier les poids lourds des véhicules légers et de désigner la voie empruntée par le véhicule en infraction).

Le nombre de tués sur les routes de France métropolitaine est passé pour la première fois sous le seuil des 4.000 en 2010, avec 3.994 décès (moinjs 6,5%). Mais il a bondi de 21,2% en janvier et de 7,5% en février, mettant en doute l'objectif de Nicolas Sarkozy de moins de 3.000 tués d'ici 2012.