«Mr. Nice»: Le plus grand contrebandier de haschich de tous les temps

SOCIÉTÉ ward Marks est à Paris pour la réédition de son autobiographie et la sortie d'un film sur sa vie...

© 2011 AFP

— 

Howard Marks, à Paris le mercredi 16 mars 2011, pour la réédition de son autobiographie Mr.Nice
 
Howard Marks, à Paris le mercredi 16 mars 2011, pour la réédition de son autobiographie Mr.Nice   — AFP Photo François Guillot

Il a jonglé avec des tonnes de haschich et des millions de dollars avant d'être condamné et il milite pour sa légalisation : Howard Marks alias «Mr. Nice», ex-trafiquant international dipômé d'Oxford, est à Paris pour la réédition de son autobiographie et la sortie d'un film sur sa vie.

Il dédicacera «Mr. Nice», bestseller traduit en plusieurs langues, édité par Mama éditions en France, au Salon du livre vendredi à Paris. Le film éponyme de Bernard Rose, dans lequel Rhys Ifans interprète la star des contrebandiers, sortira en France le 13 avril. «C'est un portrait fidèle mais ils ont dû en laisser pas mal de côté...Ils ont gardé le Pakistan et l'Afghanistan mais pas la Thaïlande, l'Inde, le Maroc, la Colombie», explique à l'AFP Howard Marks, calme Gallois de 65 ans, cheveux poivre et sel, regard affable.

T-shirt orange, jeans, smartphone à portée de main, il s'est installé au musée du fumeur (Paris XIe) où il reçoit ses interlocuteurs en tirant tranquillement sur sa cigarette.

43 noms d'emprunt durant sa carrière

«Mr. Nice» est l'un des 43 noms d'emprunt qu'il a utilisés au cours de sa tumultueuse carrière.

Howard est né en 1945 à Kenfig Hill, petit village minier du Pays de Galles. Issu d'une famille modeste, il réussit le concours d'Oxford et en sort diplômé de physique nucléaire. C'est au sein de cette brillante université qu'il devient en quelques années l'un des «barons de la drogue les plus sophistiqués» des années 60 ainsi qu'un agent du MI6, en relation avec l'IRA, les Triades et la CIA. Arrêté au terme d'une traque menée par 14 pays, il est condamné à 25 ans de prison et incarcéré pendant 7 ans à Terre Haute (Indiana), pénitencier réputé le plus dur des Etats-Unis. Il en sort en 1995.

«Une sorte de commerce peace and love»

Depuis, il a écrit plusieurs livres ainsi que de nombreux articles dans la presse britannique. Il a aussi fait tourner en Europe, à guichet fermé, un spectacle où il évoque sa vie de trafiquant et ses opinions sur la légalisation. «J'ai commencé par hasard, en voulant aller aider un ami en Allemagne. Il s'était fait pincer alors j'ai ramené le cannabis», explique le sexagénaire. «Ma carrière a été une sorte de commerce "peace and love". Je ne suis jamais passé aux drogues dures, parce que la demande de cannabis était très forte. J'ai été tenté mais c'était une question de loyauté», dit-il. «J'étais motivé par l'argent mais aussi par un certain idéalisme, basé sur une croyance en la paix, en sa légalisation (du cannabis). Je pensais sincèrement qu'une façon de résoudre le problème était de ramener (en Europe et aux Etats-Unis) autant de cannabis que nécessaire à la consommation».

Recherché par toutes les polices du monde, Howard échappe pourtant à ses poursuivants, endossant tour à tour le rôle de père de famille, mari aimant et d'éminence grise côtoyant l'IRA, le MI6, les trafiquants afghans ou les mafias asiatiques.

Toujours interdit de séjour aux Etats-Unis, en Australie et en Chine

«A l'époque les seules personnes qui connaissaient l'odeur du hasch étaient celles qui en consommaient !», lance-t-il avec humour. «J'ai accepté de travailler pour le MI6 (qui l'a recruté à Oxford) car cela pouvait m'être utile», ajoute-t-il, sans ciller.

Il dit avoir traversé la prison comme «un alien venant de mars». «Je ne me suis jamais identifié aux autres prisonniers, je les ai aidés, comme avocat et en écrivant des lettres pour eux. Méditation, yoga, diète....Je suis sorti sans doute meilleur que je n'y étais rentré».

«Le seul problème avec le cannabis c'est sa prohibition car les gens sont obligés d'enfreindre la loi pour en consommer», ajoute encore Howard, qui demeure interdit de séjour aux États-Unis, en Australie et en Chine.