Prise d'otage à Rosny-sous-Bois: Le Raid a maîtrisé le forcené qui menaçait de se jeter du 5e étage

VIOLENCES Un policier est tombé pendant l'assaut...

M. P. et J. M.

— 

Capture d'écran de BFM TV montrant l'assaut du Raid afin de maîtriser le forcené du foyer pour jeunes travailleurs de Rosny-sous-Bois, le 17 mars 2011.
Capture d'écran de BFM TV montrant l'assaut du Raid afin de maîtriser le forcené du foyer pour jeunes travailleurs de Rosny-sous-Bois, le 17 mars 2011. — 20MINUTES.FR

Cet article est mis à jour régulièrement. Cliquez ici pour rafraîchir la page.

Dernière info - 18h37: Le Raid a maîtrisé le forcené qui menaçait de se jeter dans le vide depuis 14h, le policier qui est tombé «a préféré décrocher qu'emmener le gars avec lui dans sa chute».

Un homme armé d’un fusil à pompe a pris deux personnes en otage ce jeudi matin, avant de les relâcher et de se retrancher dans le foyer de travailleurs de la ville de Rosny-sous-Bois, en Seine-Saint-Denis. Parmi les otages, une jeune femme, qui affirme avoir été violée par son agresseur et a été transportée à l'hôpital. Après avoir menacé de se jeter dans le vide, l'homme a été maîtrisé en fin d'après-midi. Il s'agirait d'un ancien pensionnaire, renvoyé en mars 2010 et âgé de 28 ans.

Trois heures au-dessus du vide

L'homme, qui était suspendu à une fenêtre au 5e étage du bâtiment, menaçait de se jeter dans le vide. Les agents du Raid ont réussi à le maîtriser, peu après 17h15, par les agents du Raid. L'homme se tenait debout sur la corniche, accroché à la rambarde, depuis 14h. Alors que les forces de l'ordre tentaient de négocier avec lui, il se penchait en avant, puis en arrière, changeant régulièrement sa position au-dessus du vide. Au cours de l'intervention, un des policiers descendus du toit accroché à un filin a raté la cible et a chuté.

«Il a préféré décrocher qu'emmener le gars avec lui dans sa chute», a affirmé à 20minutes.fr le commissaire Després, du Raid. Son homme n'a rien, rassure-t-il: «il était encordé et n'est pas tombé au sol». Le commissaire a par ailleurs précisé que «c'est une phase prévue dans ce genre d'intervention», raison pour laquelle il y a plusieurs hommes prêts à intervenir.

>> Les photos des internautes sont par ici

«Ca fait une heure qu'il est à la fenêtre», indiquait vers 15h à 20minutes.fr une jeune fille vivant à proximité. «J'ai vu les pompiers arriver soudainement au pied de l'immeuble et installer probablement de quoi rattraper l'homme si il tombe», poursuivait-elle. En effet, les secours avaient déployé un dispositif pour amortir l'éventuelle chute du forcené. «Des matelas», selon une source policière.

Le Raid est arrivé sur place dans la matinée, hélicoptère à l'appui. «On progresse dans les lieux pour tenter de localiser l'individu», indiquait vers midi à 20minutes.fr le commissaire Després, du Raid. Le maire de Rosny-sous-Bois, Claude Capillon, a indiqué que des équipes ont pénétré dans le bâtiment, une par le rez-de-chaussée, une autre par les toits, «pour évacuer les étudiants et trouver l'individu». «J'ai vu un hélicoptère au-dessus du bâtiments, puis des hommes sur le toit», a raconté un riverain, qui vit en face du foyer.

«J'ai vu des policiers mettre leur gilet pare-balles»

«La rue est bloquée, on m'a demandé de ne pas sortir de chez moi», indiquait en fin de matinée le riverain à 20minutes.fr. «Il y a une vingtaine de voitures de police, quatre motos et des chiens, a-t-il précisé. J'ai vu des policiers mettre leur gilet pare-balles, mais pour l'instant tout est calme.»

Le forcené, cagoulé, se serait introduit vers 5h30 dans le bâtiment, situé dans le quartier Boissière de Rosny-sous-Bois. Se dirigeant d'emblée vers la buanderie de l'établissement, il se serait emparé de cartes d'accès et aurait réussi à «entraver deux hommes qui pourraient être des résidents», selon Le Parisien. C'est alors qu'il aurait agressé sexuellement une jeune femme. Une à trois détonation ont été entendues vers 8h15, selon les témoins. Cinquante personnes sont d'abord sorties du bâtiment, qui a été entièrement évacué dans un deuxième temps.