Sondage: 85% des Européens ne font pas confiance à la fiabilité des briquets qu'ils achètent

SOCIÉTÉ aque année 40 personnes sont tuées à cause d’un briquet défectueux en Europe...

B.T.
— 
Briquets
Briquets — Closon/Isopix/Sipa

40 personnes tuées et 1.900 blessées: Ces chiffres de la Commission européenne, désignent le nombre de victimes annuelles causées par des briquets défectueux en Europe.  Selon les analyses effectuées par Prosafe (le forum européen pour le respect de la sécurité produit) sur ce type de produit, 75% des modèles testés ne respecteraient pas, dans leur conception, les normes de sécurité pourtant obligatoires. Une faible quantité de briquets serait d’ailleurs contrôlée. Le 11 mai 2006, la Commission européenne a pourtant imposé des spécifications essentielles, qui exigent des produits vendus qu’ils soient munis d’une sécurité enfant et qu’ils respectent certains critères comme la hauteur de la flamme, le taux de remplissage de gaz et la résistance à une température élevée. Les briquets fantaisie ressemblant à des personnages sont quant à eux proscrits. 

Un sondage révélateur

85% des Européens s’inquiètent des produits dangereux disponibles à la vente sur le vieux continent selon un sondage Apco commandité par Bic. «Des briquets potentiellement dangereux tombent encore entre les mains des consommateurs, explique Stéphane Russel, le secrétaire de l’ANEC (l’Association Européenne pour la Coordination de la Représentation des Consommateur dans la Normalisation). L’ANEC demande la création d’un cadre européen pour s’assurer d’une meilleure coordination dans la surveillance des marchés parmi tous les Etats Membres. D’ici là, nous demandons aux revendeurs et distributeurs d’exercer une vigilance toute particulière et de vérifier les produits qu’ils proposent à la vente ».

L’exemple américain

Contrairement à l’Europe, les Etats-Unis ont traité le problème avec une efficacité démontrée par les statistiques. Depuis juillet 1994, date à laquelle la norme sécurité enfant a été appliquée, le nombre de décès provoqué par des incendies allumés accidentellement par des enfants est passé de 230 à 130 cas en quatre ans.

Selon le CPSC (Consumer Product Safety Commission), la réduction de l’ensemble des accidents et dommages est palpable, tant au niveau des incendies, que des décès, des blessures, des dommages matériels ou du coût pour la société.