Un collectif propose de mettre à disposition des églises vides pour les musulmans

© 2011 AFP

— 

Le Collectif Banlieues Respect a demandé vendredi «la mise à disposition des églises vides pour la prière du vendredi» des musulmans, dans un communiqué adressé aux structures en charge de l'organisation de l'Eglise de France.

Selon le porte-parole du Collectif, Hassan Ben M'Barek, cette mesure permettrait «d'éviter que les musulmans ne prient dans la rue» et ne soient «les otages des politiques».

Banlieues Respect fait partie des associations qui se sont vivement élevées jeudi soir, à la Grande Mosquée de Paris, contre le débat de l'UMP sur la laïcité et l'islam, souhaité par le président Nicolas Sarkozy et qui doit se tenir le 5 avril à Paris.

Deux rues fermées à la circulation

Le Collectif Banlieues Respect considère, dans son communiqué, que «chaque fois qu'il y a un débat de cette nature, celui-ci débouche sur une loi visant à stigmatiser les musulmans».

Faute de lieux de prière en nombre suffisant, des musulmans du quartier de la Goutte d'Or à Paris (XVIIIe) prient le vendredi à même la chaussée, couverte de nattes, des rues Polonceau et Myrrha. Ces deux rues sont fermées à la circulation ce jour-là.

Le 10 décembre à Lyon, Marine Le Pen, qui n'était pas encore présidente du Front national, avait dénoncé «les prières de rue» de musulmans en évoquant la Seconde Guerre mondiale et en qualifiant ces prières «d'occupation».