La justice autorise le groupe Bernard Loiseau à garder ses fumoirs

© 2011 AFP

— 

Le groupe Bernard Loiseau va pouvoir garder les fumoirs de son restaurant Tante Marguerite, l'une des principales tables politiques parisiennes, et du relais de Saulieu (Côte-d'Or), le tribunal correctionnel de Paris ne l'ayant condamné jeudi que sur la publicité qui avait été faite pour ces salles.

Dominique Loiseau, la veuve du célèbre chef cuisinier qui s'est suicidé en 2003, avait été assignée par l'association anti-tabac Droit des non fumeurs (DNF).

Cette association lui reprochait d'avoir aménagé dans ses établissements des salons où il est possible à la fois de fumer et de consommer, enfreignant à ses yeux la loi anti-tabac entrée en vigueur en 2008. DNF dénonçait en outre la publicité pour ces salles sur les sites internet du groupe. Modifiée dès le début des poursuites, elle vantait la possibilité de "s'adonner au plaisir de fumer" chez Tante Marguerite.

Sur le premier point, le tribunal a prononcé une relaxe.

Concernant la publicité, le tribunal a condamné deux personnes responsables des restaurants, dont leur propriétaire Dominique Loiseau, à des amendes avec sursis totalisant 3.500 euros.

Le groupe Bernard Loiseau et sa filiale Chez Marius devront pour leur part s'acquitter d'amendes totalisant 5.000 euros.

Les prévenus devront en outre verser 4.000 euros de dommages et intérêts à DNF, qui en avait réclamé 20.000.

Pour sa défense, Dominique Loiseau avait fait valoir que les serveurs n'avaient "pas le droit" d'entrer dans ces fumoirs, dûment aménagés avec extracteurs d'air. Ils ne peuvent y pénétrer qu'une heure après le départ des clients, une fois l'air purifié.

Chez Tante Marguerite, le client, qui communique avec le personnel par "talkie-walkie", prend lui-même sa commande sur un passe-plats, avait-elle expliqué. Au relais Bernard Loiseau de Saulieu, le serveur qui amène café ou cognac sonne à la porte du fumoir, et le client vient chercher sa consommation.

Son avocat François Martineau s'est félicité du jugement qui a "reconnu la légalité des fumoirs, une très bonne nouvelle".

Le conseil de DNF, Me Pierre Mairat, a pour sa part jugé "très satisfaisante la condamnation sur la partie publicité". Pour lui, "sanctionner ce type d'infraction participe de la lutte contre le tabagisme".

"La justice a reconnu que Dominique Loiseau a appliqué ce que demande le Synhorcat aux professionnels: +la loi, rien que la loi+", a estimé dans un communiqué le Syndicat national des hôteliers, restaurateurs, cafetiers et traiteurs.

"La santé et la protection des non fumeurs est l’objectif de tous les citoyens responsables à condition que cela ne devienne pas un combat d’+ayatollahs+", ajoute le Synhorcat.