Jeannette Bougrab: «Ce démarrage est un vrai succès»

VOLONTARIAT La secrétaire d’Etat à la Jeunesse évoque les débuts du service civique...

Propos recueillis par Delphine Bancaud
— 
Jeannette Bougrab, nouvelle présidente de la Halde, le 24 mars 2010 à Paris.
Jeannette Bougrab, nouvelle présidente de la Halde, le 24 mars 2010 à Paris. — SIPA

Comment expliquez-vousle bon démarrage du service civique?
Tout simplement parce que ce dispositif correspond à une véritable aspiration de notre jeunesse à s’engager à mettre son énergie au service de la solidarité, au service des autres. Les premiers contrats de service civique, créés par la loi de mars dernier ont été signés dès le mois de juin, soit trois mois après le vote de la loi. Et nous avons fini l’année  2010 avec 5.375 contrats de service civique signés. Ce démarrage est un vrai succès. 

Pensez-vous que l’objectif de 75.000 jeunes en service civique en 2014 est toujours atteignable?
J’y crois profondément. La montée en puissance du service civique est réelle et nous nous donnons les moyens de l’accompagner. Le budget alloué au service civique est de 97 millions d’euros en 2011, contre 40 millions en 2010, soit une augmentation de 140%. Et dans les trois prochaines années, ce budget va augmenter de plus de 300%. Il s’agit là d’un effort considérable. 

Mais le président de l’Agence du service civique, Martin Hirsch, réclame des moyens en plus pour financer 10.000 missions supplémentaires en 2011, que lui répondez-vous?
La montée en puissance du service civique ne doit pas être seulement quantitative. Ce qui est important c’est le qualitatif. Je souhaite que nous nous concentrions sur l’objectif des 15.000 contrats signés cette année en offrant aux jeunes volontaires un vrai accompagnement dans leur parcours citoyen avec des missions intéressantes et utiles.   

Actuellement seulement 2% des missions sont effectuées à l’étranger, comment augmenter ce nombre?
Nous travaillons actuellement avec le quai d’Orsay à identifier des missions à l’international grâce à nos réseaux consulaires. A terme, je voudrais que 20% des missions soient effectués à l’international. 

Comment faire en sorte que le service civique bénéficie davantage aux jeunes des quartiers populaires?
Le dispositif a été créé avec un souci de mixité sociale. Mais il doit croitre en notoriété notamment chez les jeunes des quartiers populaires et les jeunes ruraux. Pour toucher tous les publics, nous prévoyons donc de réaliser des programmes courts sur France Télévision dans lesquels des jeunes en service civique parleront aux autres jeunes.  

Vous travaillez aussi sur la valorisation du service civique dans le parcours des jeunes. Quels sont vos projets dans ce domaine?
Un décret sortira avant l’été pour permettre l’octroi de crédits dans le cursus universitaire aux volontaires du service civique. Je signerai aussi dans les prochaines semaines des conventions avec plusieurs grands groupes (EDF, Axa, France Télécom, Vivendi Universal, La Société générale, BNP…) pour qu’ils prennent en compte le service civique dans leur processus de recrutement.