la montée du Frontfait douter la majorité

Matthieu goar
— 
Le score de Marine Le Pen inquiète.
Le score de Marine Le Pen inquiète. — CHIBANE / SIPA

Un sondage, et le monde politique s'est mis à frissonner. Selon l'enquête Louis Harris Interactive publiée dans Le Parisien d'hier, Marine Le Pen arriverait aujourd'hui en tête du premier tour de l'élection présidentielle avec 23 % des voix devant Nicolas Sarkozy (21 %), à égalité avec Martine Aubry (21 %). C'est la première fois dans une étude sur la présidentielle 2012 que Marine Le Pen est donnée présente au second tour dans cette configuration-là. De quoi raviver le souvenir du 21 avril 2002 et donner quelques sueurs froides. « Ce sondage traduit le doute à l'égard des partis de gouvernement », a expliqué sur BFMTV, Dominique Paillé de l'UMP.

Une porosité UMP-FN
A force de voir la cote de Sarkozy s'effriter, c'est surtout la majorité présidentielle qui commence à être envahie par le doute. Des voix importantes à l'UMP s'interrogent de plus en plus sur la stratégie de leur parti, qui serait, selon eux, trop obnubilé par le FN. « Je ne parlerai pas de panique, mais d'une certaine confusion, estime Christian Vanneste, député du Nord. Autant je trouvais opportun le débat sur l'identité nationale, autant le débat sur la laïcité est anachronique, trop proche de l'élection. La vraie question en ce moment, c'est surtout celle sur l'identité de l'UMP. » En filigrane apparaissent également des interrogations sur la capacité de Sarkozy à rassembler les droites, comme il avait su le faire en 2007 en attirant les électeurs frontistes. Aujourd'hui, 21 % des personnes qui avaient voté pour le président de la République se disent prêtes à soutenir la candidate du FN. En janvier déjà, une étude avait montré que 77 % des sympathisants UMP trouvaient Marine Le Pen « courageuse ».