Israël se rejouit de la fin du concept de «peuple déicide» par le Vatican

RELIGION Le Premier ministre israëlien Benyamin Netanyahou a félicité le Pape...

Reuters
— 
Le Premier ministre israélien, Benjamin Netanyahu, le 17 février 2010 en conférence presse à Jérusalem.
Le Premier ministre israélien, Benjamin Netanyahu, le 17 février 2010 en conférence presse à Jérusalem. — REUTERS

Le Premier ministre israélien,  Benjamin Netanyahu, a adressé ce jeudi une lettre à Benoît XVI dans  laquelle il applaudit le rejet par le pape du concept selon lequel le  peuple juif serait collectivement responsable de la mort du Christ.

«Votre Sainteté, je vous félicite d'avoir rejeté avec force, dans  votre dernier livre, cette fausse accusation qui a servi de fondement à  la haine du peuple juif pendant de nombreux siècles», lit-on dans cette  lettre rendue publique par les services du Premier ministre.

Premier rejet datant de 1965

Dans le second tome de son livre «Jésus de Nazareth», à paraître  cette semaine, le pape Benoît XVI s'attache à démonter le concept selon  lequel le peuple juif serait collectivement responsable de la mort du  Christ.

L'Eglise catholique a déjà officiellement rejeté la thèse de la  culpabilité collective du peuple juif dans un document adopté en 1965  par le concile Vatican II.

Rejet basé sur le texte

Mais c'est la première fois qu'un pape démontre l'inanité de cette  thèse en faisant l'exégèse de différents récits du Nouveau Testament sur  la condamnation à mort de Jésus par le gouverneur romain Ponce Pilate.

Benoît XVI conclut dans son livre que c'est l'élite du Temple, et  non l'ensemble du peuple juif, qui voulait faire condamner Jésus à mort  parce qu'il s'était déclaré roi des Juifs et avait violé la loi  religieuse juive.