Jean-Marie Le Pen jugé pour des affiches du FN offensantes pour les musulmans

JUSTICE L'ancien patron du Front national a déjà été relaxé pour la même affaire, dans une autre ville...

J. M.

— 

E.GAILLARD / REUTERS

Relaxé à Paris, Jean-Marie Le Pen est rattrapé par l’affaire des affiches polémiques du FN. L’ancien leader frontiste est jugé ce mardi à Nanterre pour leur diffusion par le Front national jeunesse en Paca pendant les régionales 2010, l’image étant jugée offensante pour la communauté musulmane. Il est cette fois poursuivi par le Mouvement contre le racisme et pour l'amitié entre les peuples (Mrap).

Ni auteur, ni responsable

En décembre, la Licra et SOS Racisme avaient vu leur procédure se solder par la relaxe de Jean-Marie Le Pen, alors que le procureur avait requis un an d'inéligibilité, deux mois de prison avec sursis et 20.000 euros d'amende. Le tribunal avait en effet jugé estimé que l’ex-leader frontiste n'était «ni l'auteur de l'affiche en cause, ni le responsable des sites sur lesquels elle avait été diffusée» sur le Web, et s’était déclaré non compétent territorialement concernant la région Paca.

Cette fois, le Mrap, avant la décision du tribunal parisien, a demandé au tribunal de Nanterre de se prononcer, le siège du FN étant situé dans les Hauts-de-Seine. Selon l’avocat de Jean-Marie Le Pen, Wallerand de Saint-Just, l’ancien président du FN ne sera pas présent.

En raison de débordements fréquents sur ce type de sujets, nous sommes contraints de fermer cet article aux commentaires. Merci de votre compréhension.