Le don de cordon ombilical est «un acte de solidarité humaine et chrétienne» estime le pape Benoît XVI

© 2011 AFP

— 

Le pape Benoît XVI s'est déclaré samedi favorable au don de cordon ombilical, «acte de solidarité humaine et chrétienne», tout en mettant en garde contre sa commercialisation, lors d'une intervention à la Cité du Vatican. «La recherche médico-scientifique est une valeur non seulement pour les chercheurs mais pour toute la communauté civile», a déclaré Benoît XVI devant les participants à une assemblée de l'Académie pontificale pour la vie.

Selon lui, «cette valeur et la nécessité de solidarité, sont très bien mises en évidence dans le cas de l'utilisation des cellules souches provenant du cordon ombilical». Le sang de cordon et de placenta contient des cellules souches permettant de soigner notamment les personnes atteintes de leucémie ou d'autres maladies graves du sang.

«Il s'agit d'applications cliniques importantes et de recherches prometteuses sur le plan scientifique mais dont la réalisation dépend de la générosité au moment de l'accouchement et de l'adéquation des structures», a relevé Benoît XVI invitant ses auditeurs à se «faire promoteurs d'une véritable solidarité humaine et chrétienne».

Le pape s'est toutefois déclaré hostile à "la prolifération des banques privées" pour la conservation du sang ombilical, jugeant qu'elles «affaiblissent le véritable esprit de solidarité». Benoît XVI a à plusieurs reprises dans le passé affirmé qu'il était du «devoir» de l'Eglise catholique d'intervenir dans «les problèmes difficiles et complexes de la bioéthique».

L'Eglise catholique encourage le progrès des sciences biomédicales qui ouvrent des perspectives thérapeutiques, notamment la recherche sur les cellules souches adultes. Elle est en revanche hostile aux congélations d'embryons humains, aux recherches sur les cellules souches embryonnaires ou aux tentatives de clonage humain.