Une fan de Dexter tue son père et évoque sa passion pour la série

FAITS-DIVERS Un geste très méthodiquement préparé...

J. M.

— 

Julie Benz et Michael C. Hall dans Dexter
Julie Benz et Michael C. Hall dans Dexter — NSD/SIPA

«C’est ce qu’il voulait.» En guise de défense, une jeune femme de 21 ans accusée d’avoir tuée son père à la manière du héros de la série Dexter -un serial killer pathologique- a affirmé qu’elle avait un accord avec sa victime. L’accusée est une fan suédoise de la série américaine, un point auquel les enquêteurs attachent une certaine importance. La jeune fille de 21 ans pourrait en effet avoir cliniquement prémédité son acte.

>> «Les médias et les fictions ont une influence». L’interview d’un profiler, par ici.

Quelques jours avant le meurtre, elle écrivait dans son journal intime qu’elle aimerait prendre la vie de quelqu’un. Et parmi ses recherches sur Internet, les policiers ont retrouvé des sites sur la façon de faire disparaître les preuves d’un crime, ainsi que des informations sur le fonctionnement du coeur humain.

La jeune femme a tué son père en lui plantant un poignard dans le cœur, avant de lui trancher la gorge. Confrontée aux preuves réunies contre elle, l’accusée a confié avoir une passion pour les serial killers en général, et Dexter en particulier. Et la jeune femme n’en démord pas : son père et elle avait un accord pour qu’elle le tue.

Précédent

Mais ce n’est pas la première fois qu’un fan de Dexter passe à l’acte. En décembre dernier, un Américain avait découpé à la hache puis coulé dans le ciment sa petite amie après l’avoir invitée à regarder un épisode de la série chez lui.

En France, Dexter ne semble avoir encore inspiré personne. En revanche, c’est en s’inspirant de la série Les Experts que Kamel Mouzaoui a trouvé les gestes qu’il a singés en tuant son ex-petite amie en 2008. Les exemples sont nombreux de crimes inspirés de fictions. De là à dire qu’elles poussent au crime...

>> Quand la fiction pousse au crime. Pour lire l’article, cliquez ici.