Libye: Les opposants s'affichent sous un «nouveau» drapeau

MONDE L'ancien drapeau libyen, datant de la monarchie, a fleuri lors des soulèvements contre le régime Kadhafi...

Anne-Laëtitia Béraud

— 

Un manifestant anti-Kadhafi brandit le drapeau de l'ancienne monarchie libyenne d'Idris Ier, le 24 février 2011 à Tobrouk.
 
Un manifestant anti-Kadhafi brandit le drapeau de l'ancienne monarchie libyenne d'Idris Ier, le 24 février 2011 à Tobrouk.   — AFP PHOTO/STR

L'image sera ici plus forte que les mots. Depuis plusieurs semaines, on a vu fleurir, sur les télévisions du monde entier, un étendard brandi par les manifestants libyens. Et pas n’importe lequel. Un autre tissu que le drapeau national, unicolore, vert, instauré par le jeune Kadhafi en 1977. C’est l’ancien drapeau de la monarchie du roi Idris Ier, renversé par ce même Kadhafi en 1969. L’étendard est constitué de trois bandes horizontales, vert dans sa partie inférieure, noir au milieu et enfin rouge dans sa partie supérieure. Au sein de la bande centrale, sont frappés un croissant et une étoile blancs, symboles de l’ancien régime.

Que représente ce drapeau?

Le drapeau de la monarchie d'Idris Ier, de 1951 à 1977, est lui-même la recréation d’un ancien drapeau, datant de la domination ottomane, noir avec une étoile et un croissant blancs. Les bandes de couleurs, rouge pour la région du Fezzan, verte pour la Tripolitaine, ont ensuite été ajoutées.

Pourquoi afficher le drapeau de l’ancien régime?

Brandir l’ancien étendard de la monarchie, c’est affirmer son opposition à l’Etat, incarné par Kadhafi. Contrairement à la Tunisie et à l’Egypte, où les drapeaux nationaux couvraient tous les lieux de soulèvements, les révolutionnaires libyens refusent cette entité, ce projet de «Grande Jamahiriya arabe libyenne populaire socialiste» décidée par le «Guide suprême de la Révolution», Mouammar Kadhafi, instaurée en 1969.

Les manifestants veulent-ils le retour d’un roi?

Les révolutionnaires qui affichent ce tissu ne veulent pas le retour de la monarchie tombée en 1969. Ils affirment tout d’abord leur volonté d’abolition du régime en place. Il existe un prétendant au trône, Sidi Muhammad al-Sanussi, 48 ans, lui-même petit-neveu du roi Idris Ier. Né à Tripoli, vivant à Londres, il soutient les révolutionnaires. Mais ses appuis sont aujourd’hui trop faibles pour compter comme possible successeur au colonel Kadhafi.