Des détenus au château de Versailles avant leur sortie de prison

© 2011 AFP

— 

"Moi, c'est l'or qui m'intéresse", fanfaronne l'un des quinze détenus qui, juste avant leur sortie de prison, ont marché mercredi dans les pas du Roi Soleil en visitant le château de Versailles, dans le cadre d'un programme de réinsertion.

Mais, dit ce jeune homme de 25 ans, qui explore pour la première fois les fastes de Versailles et écoute attentivement les explications de la conférencière, la vie à la cour de Louis XIV "ne l'aurait pas intéressé".

En entrant dans les salles majestueuses du château, certains lèvent les yeux vers les plafonds dorés, montrant du doigt les moulures ou les peintures.

"Des personnes (de Versailles) sont venues nous expliquer tous les rois de France, les Louis XIII, XIV, XV et comment ils négociaient les tableaux qui avaient été éparpillés à travers le monde pour les ramener ici", raconte le jeune homme, dont l'anonymat a été requis par l'administration pénitentiaire.

Un autre estime "bien achever sa détention" grâce à cette visite. "C'est magnifique cet endroit et moi qui vient d'une cité, je n'aurais pas eu l'idée de visiter le Château de Versailles ou un autre château", poursuit-il.

Ces détenus en fin de peine appartiennent au quartier "nouveau concept" de la maison d'arrêt de Meaux-Chauconain, qui durant deux mois, élaborent un projet de réinsertion, comportant notamment un volet culturel.

"L'idée est de créer une cohésion dans le groupe durant toute la session mais aussi de permettre à des gens qui ne connaissent pas ce lieu de le découvrir et c'est aussi une récompense", déclare Véronique Georges, officier pénitentiaire, responsable du quartier "nouveau concept".

Ayant "fait attention d'adapter son vocabulaire" et accentuant par moments la visite sur des aspects techniques du château pour aiguiser l'attention de son audience, la conférencière, Prune Mallet, s'est munie d'une véritable feuille d'or pour expliquer la dorure du bois, provoquant la fascination de ses visiteurs.

"J'ai vraiment eu l'impression de partager quelque chose durant cette visite, de donner mais aussi de recevoir. Je ressentais qu'ils étaient impressionnés et, emportée par leurs questions, j'ai failli oublier de leur faire visiter l'Opéra royal!", raconte Mme Mallet.

Selon Régine Machir, directrice d'insertion et de probation, "les détenus sont en désaccord avec la société en général". "La culture est un biais pour les faire appartenir à la société et leur montrer qu'il y a des choses qui peuvent être positives".

A l'issue de la visite, l'administrateur général du Domaine de Versailles, Denis Berthomier, s'est félicité que les détenus "se fondaient parmi les visiteurs à une période de forte affluence en raison des vacances scolaires".

Le domaine de Versailles et l'Administration pénitentiaire ont en projet de pérenniser cette initiative avec une convention-cadre, qui pourrait voir le jour dans les mois à venir et qui prévoirait également des visites virtuelles à distance, des conférences au sein des établissements pénitentiaires ou la mise à disposition de documentation.