Affaire Laëtitia: Des directeurs pénitentiaires en colère manifestent à Paris

© 2011 AFP

— 

Plusieurs dizaines de directeurs pénitentiaires ont protesté ce mercredi à Paris, près du ministère de la Justice, contre la sanction prise contre le directeur interrégional des services pénitentiaires (DISP) de Rennes, relevé de ses fonctions après l'affaire Laetitia.

Parmi la centaine de personnes rassemblées à proximité de la place Vendôme, des directeurs pénitentiaires venus de toute la France - Lille, Nîmes, Nice, Lyon par exemple - étaient soutenus par des membres des trois syndicats de magistrats (SM, USM, FO), a constaté une journaliste de l'AFP.

«Indignation face à la sanction qui a touché notre collègue»

«C'est la première fois que nous nous retrouvons aussi nombreux pour manifester alors que notre corps ne compte que 500 personnes», a constaté Jean-Michel Dejenne, du Syndicat national des directeurs pénitentiaires (SNDP) qui s'était joint à l'initiative lancée par le syndicat pénitentiaire FO-Direction.

«Les directeurs pénitentiaires sortent de l'ombre pour témoigner de leurs difficultés au quotidien et pour exprimer notre indignation face à la sanction qui a touché notre collègue», a-t-il ajouté.

Michel Mercier a décidé de mettre fin aux fonctions du DISP de Rennes Yvan Laurens, première sanction après des rapports internes qui avaient mis en cause le suivi pénitentiaire du meurtrier présumé de Laetitia Perrais.

«Absence de soutien de notre hiérarchie»

Ce qui est arrivé à ce cadre «peut nous arriver demain à tous car aucun d'entre nous n'est en mesure d'exercer sa mission avec les moyens qu'on nous donne», a expliqué à l'AFP un directeur de prison sous couvert d'anonymat.

Alexandre Bouquet, directeur adjoint de la prison de Nice, évoque des «demandes bureaucratiques qui augmentent à la vitesse grand V au détriment du cœur du métier: l'humain». Il pointe aussi «le manque de reconnaissance» qui affecte leur profession, méconnue du grand public.

«Nous ressentons une absence complète de soutien de notre hiérarchie, nous sommes laissés à nous-mêmes avec des responsabilités croissantes», a renchéri un de ses collègues de la région ouest.

Une délégation de manifestants a été reçue par des collaborateurs du garde des Sceaux Michel Mercier, qui était en déplacement à Nantes pour évoquer les suites de l'affaire Laetitia.