Les aléas de la vie en couple, un succès d'audience garanti à la télévision

© 2011 AFP

— 

Dans le sillage d'"Un gars, une fille", "Scènes de ménage", mini-série humoristique de M6, fait un carton d'audience et grignote la case dominée par les sacro-saints JT de 20H00, en surfant sur les aléas de la vie de couple, thème universel qui rassemble toutes les générations.

Avec plus de 3,3 millions de fidèles en moyenne, les aventures quotidiennes de ces trois couples de générations différentes, diffusées au carrefour stratégique du 20h00, "fédèrent un public très large, car toutes les tranches d'âges sont représentées", souligne Sheily Lemon, consultante pour le cabinet de conseil en audiovisuel IMCA, interrogée par l'AFP.

Disputes, mesquineries et réflexions vachardes: "Scènes de ménage" met en scène par petites touches les trentenaires Marion et Cédric (Audrey Lamy et Loup-Denis Elion), les quinquagénaires Liliane et José (Valérie Karsenti et Frédéric Bouraly) et les septuagénaires Huguette et Raymond (Marion Game et Gérard Hernandez). Avec, à travers chaque saynète, le meilleur du pire de la vie de couple.

"C'est drôle, caustique et bien écrit et le public retrouve des scènes qui lui rappellent son propre quotidien, comme le faisaient Chouchou et Loulou" ("Un gars, une fille"), relève-t-elle. Ironie du sort, c'est la comédienne et humoriste Audrey Lamy, soeur cadette d'Alexandra Lamy, inoubliable "Chouchou", qui interprète avec énergie une des héroïnes de la série.

Alors que 2,2 millions de fans ont suivi en moyenne la première saison lancée en 2009, les héros de la saison 2 ont connu une popularité fulgurante, enchaînant les records historiques, avec des pics à 3,7 millions de téléspectateurs.

"Nous n'avions pas connu un tel record d'audience sur cette case depuis 2005", souligne-t-on chez M6. Après "Camera Café" et "Kaamelott", M6 a de nouveau déniché sa mini-fiction phare.

Diffusée chaque soir à l'heure de la grand-messe du JT de 20h00 et du feuilleton "Plus Belle la vie" de France 3, la série de M6 profite aussi d'un certain effritement des journaux traditionnels, notamment celui de TF1.

Avec les soulèvements en Tunisie, en Egypte puis dans l'ensemble du monde arabe, l'actualité dominée par l'international a éloigné de leur petit écran certains téléspectateurs de la Une, traditionnellement plus sensibles à l'information de proximité.

Pour Alain Kappauf, producteur délégué de "Scènes de ménage", la série de M6 a clairement empoché la mise, surtout sur la cible chérie des annonceurs, celles des ménagères de moins de 50 ans.

"Au départ, les gens ont envie de rire et de se détendre", note-t-il. "Les gens qui ne sont pas sensibilisés aux informations internationales auront plutôt tendance à venir nous voir".

"On voit d'ailleurs que, quelque soit la tendance du journal, international ou pas, les gens ont envie de décrocher. Ils disposent d'une plus grande offre d'informations et la grand-messe du 20h00 n'est plus ce qu'elle était", estime-t-il.

Surtout, "Scènes de ménage", avec ses tranches de vie découpées en autant de sketchs, se prête au "picorage". Au-delà des fans inconditionnels, il y a ceux qui zappent et goûtent à la série, avant finalement de s'attacher aux personnages. Pour peaufiner les répliques qui font mouche, une trentaine d'auteurs travaillent sur cette série, librement inspirée d'une série espagnole de "Escenas de matrimonio".

"Scènes de ménage" a aussi tiré profit d'une énorme campagne promotionnelle, M6 investissant pas moins de 2.000 salles de cinéma pour la faire connaître. La série pourrait d'ailleurs, selon son producteur, être adaptée sur grand écran.