Chômage : bilan 2005

— 

Après un pic à 10% en février, le chômage a globalement reculé en France de 5,2% en 2005, affirme le ministère du Travail. Le nombre de demandeur d’emplois a baissé de 126.800 personnes, se situant donc à 2.310.000 personnes fin décembre 2005. Le taux de chômage est ainsi ramené à 9,5% de la population active.
En décembre 2005, le nombre de demandeurs d'emplois de catégorie 1 (immédiatement disponibles, à la recherche d'un emploi à durée indéterminée et à temps plein, qui sert de baromètre officiel) a encore baissé de 0,8% par rapport à novembre, soit 19.300 chômeurs de moins. Il s'agit de la neuvième baisse consécutive du chômage.

Les chômeurs de longue durée restent sur le carreau

La baisse enregistrée en décembre a profité à l'ensemble des catégories de chômeurs. Le chômage des jeunes a reculé de 1,3% (-5,8% sur l'ensemble de 2005) et celui des plus de 50 ans de 0,2% (-4,1% sur l'année). Le chômage des hommes a baissé de 0,8% (-6% en 2005) comme celui des femmes de 0,9% (-4,3%).
Le chômage de longue durée (demandeurs d'emploi inscrits depuis plus d'un an à l'ANPE) est lui aussi en baisse de 0,9% (-4,8% sur l'année). Seul le chômage de très longue durée (demandeurs d'emploi inscrits depuis au moins trois ans) progresse (+0,5% sur décembre, +8,7% sur 2005). Les jeunes restent les plus touchés par le chômage, qui concerne 22,7% des actifs de moins de 25 ans, contre 8,6% des 25-49 ans et 6,8% des 50 ans et plus.

Moins de chômeurs, plus de Rmistes

Le chômage baisse, mais le nombre de RMistes augmente. C’est ce que montre une étude publiée le 9 décembre 2005 par la Caisse nationale d’allocations familiales (Cnaf). Selon ces chiffres, 1,2 million de personnes percevaient le revenu minimum d’insertion (RMI) à la fin septembre, soit une augmentation de 5,2 % sur un an. Alors que le chômage diminue depuis neuf mois, la hausse du nombre de RMistes « semble surtout s’expliquer par la hausse du nombre de chômeurs non indemnisés et par la réduction » des droits des demandeurs d’emploi, souligne la Cnaf. Aujourd’hui, seulement 59,5 % d’entre eux sont indemnisés par le régime d’assurance chômage.