Le gouvernement lutte contre le chômage des seniors

— 

Après les jeunes, le gouvernement se penche sur l’emploi des seniors. Car le chômage frappe fort aux deux extrémités de la pyramide des âges. Les plus de cinquante ans sont d’ailleurs les premiers discriminés à l’embauche (voir article dans le dossier Emploi). Un plan en faveur de l’emploi des « quinquas » a donc été présenté, le 17 janvier dernier, aux partenaires sociaux par le ministre délégué à l’Emploi, Gérard Larcher. Le gouvernement a repris pour l’essentiel l’accord du 13 octobre 2005 négocié par les syndicats et le patronat, notamment la création d’un contrat à durée déterminée de dix-huit mois, renouvelable une fois, pour les plus de 57 ans. Dix millions d’euros seront consacrés, cette année, à la lutte contre le chômage des quinquagénaires. La moitié sera affectée à une campagne de sensibilisation d’au moins deux ans pour « faire évoluer les mentalités » du public et des employeurs. Par ailleurs, la taxe Delalande – payée par les entreprises qui licencient un employé de plus de 50 ans – sera progressivement supprimée. Et l’ANPE va mettre en place un service spécifique pour les seniors. Les différentes mesures entreront en vigueur en juin, certaines nécessitant un passage par le Parlement. 

Un allongement nécessaire
Le départ en retraite s’éloigne chaque jour un peu plus pour les salariés… Depuis 2003 et la loi Fillon sur les retraites, la durée de cotisation nécessaire pour bénéficier d’une retraite à taux plein a été allongée et l’Etat a cessé de financer les départs en pré-retraite.