Le chômage des jeunes

— 

Les jeunes, premiers touchés par le chômage

Les jeunes restent les principales victimes du chômage en France. Alors que la moyenne nationale a pointé à 10% en février 2005, avant de redescendre, fin décembre 2005, à 9,5%, le chômage des jeunes (15 à 24 ans) culmine à 22%, contre 8,6% des 25-49 ans et 6,8% des plus de 50 ans. Explication avancée : les contrats temporaires (Interim, CDD…), apanage des jeunes (un jeune sur cinq occupe ce type d’emplois), ont été les premiers touchés par le ralentissement économique entre 2002 et 2004. Dans un contexte économique difficile, ces contrats sont les premiers à être supprimés, les entreprises y recourant moins. De plus, ils ne sont généralement pas convertis en CDI, et le salarié rencontre plus de difficultés dans sa recherche d'un nouvel emploi.

Le rôle du diplôme

Les débuts de carrières, généralement composés de contrats courts, sont de plus en plus poussifs. Selon l'INSEE, 28% des jeunes qui étaient actifs en 2003 ont traversé une période sans emploi, contre 17% pour l'ensemble des actifs. Près d'un jeune actif sur dix n'a pas occupé d'emploi au cours de cette même année. De plus, on constate qu'aujourd'hui un diplôme élevé n'est plus forcément garant d'un contrat à durée indéterminée. Parmi les diplômés de niveau BAC+2 qui travaillaient en 2003, 14% ont été sans emploi au moins une fois au cours de l'année suivante. Ce chiffre grimpe à 20% pour les diplômés du supérieur long (Bac + 4/5). Le diplôme reste néanmoins le meilleur garant d’une insertion professionnelle : 68% des diplômés du supérieur qui travaillaient en 2003 disposaient encore d’un CDI l’année d’après, contre 43% des non-diplômés.

Encadré : Un phénomène global en Europe
Le chômage des jeunes est un casse-tête partout dans l’Union Européenne. Le taux de chômage des 15-24 ans dans les 25 pays de l’UE est de 18,6%, soit plus de deux fois supérieur au taux global de 9%, selon les données fournies par Eurostat pour l’année 2004. Dans le bas du classement, la Pologne, où 39,5% des jeunes sont à le recherche d’un emploi, suivie de la Slovaquie (32,3%), la Grèce (26,9%) et la France (22%). Les bons élèves sont les Pays-Bas, où seulement 8 % des 15-24 ans au chômage, suivis du Danemark (8,2%), L’Irlande (8,3%) et l’Autriche (9,7%). Le Royaume-Uni affiche un écart impressionnant : le taux de chômage des jeunes (12,1%) y est presque trois fois supérieur à celui du chômage global (4,7%).