Joggeuse disparue: «On pense qu'elle a perdu beaucoup de sang»

C. F. et Hélène Menal à Toulouse

— 

Des experts de la brigade scientifique font des relevés à l'endroit où  ont été retrouvés les effets personnels de Patricia Bouchon, une  joggeuse disparue, le 15 février 2011 à l'entrée  de la commune de Bouloc.
Des experts de la brigade scientifique font des relevés à l'endroit où ont été retrouvés les effets personnels de Patricia Bouchon, une joggeuse disparue, le 15 février 2011 à l'entrée de la commune de Bouloc. — AFP PHOTO/PASCAL PAVANI

Dernière info - 17h43: Les traces de sang trouvées dans l'impasse sont celles de Patricia Bouchon.

L’enquête se poursuit dans le cadre de la disparition d’une joggeuse de 49 ans près de Toulouse (Haute-Garonne). Dernier élément communiqué par le procureur de la République de Toulouse ce jeudi: Les traces de sang trouvées dans l'impasse située à environ 1 kilomètres du parcours habituel de la joggeuse sont bien celles de Patricia Bouchon. «On pense qu'elle a perdu beaucoup de sang», a indiqué Michel Valet.

«Quatre traces de sang, appartenant à cette femme, ont été découvertes au total sur ce chemin, distantes au total d'environ 90 mètres» a précisé le magistrat. Au cours de sa conférence de presse, le procureur a précisé que des analyses étaient en cours sur des cheveux découverts sur ce chemin.

Des effets personnels appartenant à cette mère de famille - un chouchou et une boucle d’oreille - avaient également été retrouvés dans cette impasse.

Une Clio examinée

Selon nos informations, les gendarmes ont par ailleurs examiné ce jeudi matin vers 8h une Clio couleur champagne garée sur la place de la Résistance à Bouloc, près de l’Eglise. Un véhicule qui n’est pas immatriculé 31. Les pneus ont été attentivement examinés.

Des traces de pneus de voiture ont en effet également été découvertes dans l'impasse bordée de trois maisons. 

Le dispositif de recherches est monté en puissance ce jeudi. Deux escadrons de 65 gendarmes ont été déployés en plus. Environ 300 hommes étaient donc mobilisés sur le terrain. Mais selon le procureur, les chances pour retrouver Patricia Bouchon vivante «ne vont pas en augmentant».