Les premiers paquets de cigarettes avec des photos choc déjà en vente

SANTE Elles sont destinées à décourager ou alerter les fumeurs sur les dangers du tabac...

© 2011 AFP

— 

Le gouvernement va supprimer les limitations légales à l'achat de tabac à l'étranger, sous la pression de Bruxelles, selon le projet de loi de finances rectificative présenté mercredi en Conseil des ministres, mais veillera toutefois à ce que tout achat de tabac à l'étranger reste lié à la consommation personnelle.
Le gouvernement va supprimer les limitations légales à l'achat de tabac à l'étranger, sous la pression de Bruxelles, selon le projet de loi de finances rectificative présenté mercredi en Conseil des ministres, mais veillera toutefois à ce que tout achat de tabac à l'étranger reste lié à la consommation personnelle. — Philippe Huguen AFP/Archives

Ils sont déjà arrivés. Les premiers paquets de cigarettes avec des photos choc, destinées à décourager ou alerter les fumeurs sur les dangers du tabac, ont fait leur apparition dans les rayonnages des buralistes, deux mois avant l'entrée en vigueur de cette nouvelle réglementation.

«Nous avons reçu en octobre dernier des paquets d'American Spirit, avec ces photos choc, et ce matin des Gitanes blanches avec des photos d'une bouche édentée», a indiqué à l'AFP, Martine Dussaule, buraliste de Chantilly, dans l'Oise. Ces livraisons avant l'heure s'expliquent par le fait que les fabricants de tabac ont préféré pour certains écouler très rapidement leur ancien stock et passer tout de suite à la fabrication des nouveaux paquets, pour être prêts le 20 avril 2011.

«Les fumeurs meurent prématurément»

A partir de ce jour-là, les fabricants ne pourront plus livrer des paquets de tabac sans ces photos qui leur ont été imposées par le ministère de la Santé. Cela va du pied d'un mort dans une morgue, avec l'inscription «les fumeurs meurent prématurément», à la radio du poumon d'un cancéreux, avec la mention «fumer provoque le cancer», ou encore celle d'un goître énorme, enkysté, d'un malade souffrant d'un cancer du larynx, avec la mention «fumer peut entraîner une mort lente et douloureuse».

La photo est apposée sur la partie arrière du paquet et n'est donc pas immédiatement visible pour les clients des buralistes. Les photos choc sont obligatoires dans une vingtaine de pays dans le monde, et à ce jour aucune étude d'impact n'a montré leur efficacité dans la lutte anti-tabac, a déclaré à l'AFP Yves Quevilly, porte-parole du groupe BAT (British American Tobacco) en France. Le groupe BAT contrôle notamment les marques Lucky Strike et Benson.

Une mesure contre-productive?

«Ces photos gore sont destinées à dissuader les jeunes fumeurs, or dans l'industrie du cinéma ou de la musique, on introduit exprès des photos gore pour attirer les ados», a-t-il relevé, en indiquant que cette mesure risque d'être contre-productive. «Avant, quand un adolescent fumait, cela n'intéressait pas les autres, demain, on va regarder le paquet et sa photo-choc, qui vont circuler, cette mesure crée un vrai problème», a-t-il ajouté.

De son côté, le Dr Jean-Marc Plassard, responsable de l'unité de coordination de tabacologie du CHU de Grenoble, a indiqué que les images choc avaient créé, dans les pays comme l'Australie ou le Canada, «chez les adolescents un comportement de collection ou d'échanges de vignettes, et celui qui avait l'image la plus gore et la plus expressive était finalement mis en avant», a-t-il déclaré, interrogé par Radio France Bleu Isère.

La forme du message change

Selon le Pr Bertrand Dautzenberg, du CHU Pitié-Salpétrière et grand pourfendeur du lobby du tabac et favorable à ces images chocs, elles «donnent une image sale et dangereuse du tabac, on voit que ce n'est pas bien». Pour lui, le message anti-tabac est toujours le même, mais sa forme change, on passe du «texte à l'image dans un but pédagogique», a-t-il dit à l'AFP.

La France compte quelque 13,5 millions de fumeurs, un chiffre en hausse de 2%, en raison des femmes de 40-50 ans plus nombreuses à fumer. Le tabac tue 60.000 personnes par an en France. «Le tabac représente 28% du chiffre d'affaires des buralistes, 50% de celui des pneumologues et 8% de celui des croque-morts, ce n'est pas pour cela qu'on doit rester sans rien faire», a ajouté le Pr Dautzenberg.