Nicolas Cocaign, le «cannibale de Rouen» de nouveau devant la justice

JUSTICE L'homme de 39 ans, déjà condamné à 30 ans pour le meurtre d'un codétenu, est, une nouvelle fois, devant une cour d’assises...

© 2011 AFP

— 

Nicolas Cocaign, jugé le 21 juin 2010 à Rouen pour avoir tué son co-détenu avant de manger son poumon.
Nicolas Cocaign, jugé le 21 juin 2010 à Rouen pour avoir tué son co-détenu avant de manger son poumon. — ROBERT FRANCOIS/AFP

Nicolas Cocaign, 39 ans, le «cannibale de Rouen» condamné à 30 ans de prison pour avoir tué en 2007 un codétenu et mangé un morceau de son poumon, comparaissait de nouveau ce lundi devant les assises à Rouen pour une tentative de viol avec arme commise le 26 mars 2006.

A la suite de cette tentative de viol, Nicolas Cocaign avait été placé en détention provisoire à la maison d'arrêt de Rouen où, le 2 janvier 2007, il avait frappé à coups de poings, de pieds et avec une lame de ciseau son codétenu, avant de l'achever en l'étouffant avec des sacs poubelles.

Il avait ensuite prélevé et fait frire à la poêle un morceau de poumon de sa victime. Un troisième détenu, présent dans la cellule, n'avait pas osé intervenir et s'est suicidé en prison en 2009.

Accusé d'une tentative de viol

Le procès, qui a débuté lundi après-midi devant les assises de la Seine-Maritime, doit durer jusqu'à mercredi. L'audience de lundi, devant une salle comble, était consacrée à l'étude de la personnalité de Nicolas Cocaign.

Nicolas Cocaign est accusé d'avoir, dans la nuit du 25 au 26 mars 2006, tenté de violer une jeune femme rencontrée quelques heures avant, sous la menace d'un électro-choqueur, à Rouen.

L'acte d'accusation de ce nouveau procès en assises rappelle que, lors de sa garde à vue après la tentive de viol, Nicolas Cocaign «se plaignait que personne ne l'aide et ne prenne en charge ses problèmes psychiatriques car il se savait susceptible d'être dangereux, il pensait que "Satan était là-dessous"».