Les victimes de l'OAS auront leur stèle au Père-Lachaise

© 2011 AFP

— 

Le Conseil de Paris a décidé mardi soir à la faveur d'un vote unanime la pose d'une stèle en hommage aux victimes de l'OAS au cimetière du Père Lachaise à Paris (20e), une initiative inédite en France, selon le chef de file des élus PCF/PG de la capitale, Ian Brossat.

Confirmant une information parue mercredi dans l'Humanité, il a précisé que cette initiative revenait à l'adjointe PCF à la mémoire, Catherine Vieu-Charier.

«En hommage à toutes les victimes de l’OAS en Algérie et en France»

Symboliquement, le vote des élus a eu lieu le jour anniversaire de la manifestation du 8 février 1962, à Paris, pour dénoncer les agissements de l'OAS et la guerre d'Algérie. Le 8 février, le préfet de l'époque, Maurice Papon, avait donné l'ordre de réprimer la manifestation et 9 manifestants, tous membres de la CGT dont huit communistes, avaient trouvé la mort en tentant de se réfugier dans la station de métro Charonne.

Selon la délibération du Conseil de Paris, la stèle sera apposée au Père Lachaise dans une parcelle en bordure de la 88e division et aura une «surface de 2,02m sur 0,30m».

Le texte sera le suivant: «1961-1962. En hommage à toutes les victimes de l'OAS en Algérie et en France. Civils, militaires, magistrats, fonctionnaires, élus, défenseurs des institutions et des valeurs de la République».

EELV demande le retrait d’une autre stèle «scandaleuse»

Sylvain Garel, président du groupe Europe Ecologie-Les Verts (EELV) au Conseil de Paris a salué cette initiative tout en dénonçant le «scandale» d'une autre stèle trônant toujours à l'intérieur de l'église Saint-Nicolas du Chardonnet (Ve) et saluant «la mémoire de toutes les victimes tombées pour leur fidélité à l'Algérie française».

«Depuis plus de 30 ans des intégristes catholiques occupent illégalement l'église Saint-Nicolas du Chardonnet dont est propriétaire la Ville de Paris. Tout aussi illégalement, ces nostalgiques de l'OAS et de l'Algérie française, ont construit cette stèle dont nous demandons le retrait immédiat», a dit Sylvain Garel.