Flashé à 119km/h au lieu de 70, un conseiller de Sarkozy échappe au PV

E.O.

— 

Un excès de vitesse peut coûter cher: 135 euros d’amende et 4 points en moins sur le permis de conduire. Sauf, peut-être, quand on est un conseiller du président de la République.
Les faits se sont passés le 28 janvier dernier et sont rapportés par La République du Centre. Ce jour là, Olivier Marleix, qui est également élu d’Eure-et-Loir, roule sur une petite route départementale, en direction du Conseil général. Les gendarmes, qui effectuent des contrôles à cet endroit, le flashent à 119 km/h, alors que la vitesse est limitée à 70 km/h.

Olivier Marleix, qui conduit une voiture provenant du parc de véhicules de l’Elysée, fait alors valoir ses relations et fait comprendre aux militaires qu’il vaudrait mieux classer l’affaire. Il parvient à repartir sans PV.

Joint par La République du Centre, le conseiller a assuré n’être «pas au courant» de l’incident. «J'essaie de respecter les limitations de vitesse, il m'arrive d'être arrêté et verbalisé, comme tout un chacun il ne reste plus que sept ou huit points sur mon permis», a-t-il déclaré. Selon lui, il ne s’agit que d’une rumeur destinée à lui nuire. L’information a cependant été confirmée au quotidien par plusieurs sources. Et les forces de l’ordre, qui n’ont pas apprécié la méthode, ont rédigé un rapport qui a été transmis à la Direction générale de la gendarmerie.