«20 minutes» dans les secrets d'Etats de WikiLeaks

EDITO Le journal a eu accès aux fameux câbles et va en décrypter les informations...

Yvon Mézou

— 

La page d'accueil de WikiLeaks.ch
La page d'accueil de WikiLeaks.ch — REUTERS/P.LAUENER

L’été dernier, un mot, un nom plutôt, a envahi les médias écrits, audiovisuels, digitaux. Il est devenu, en quelques heures, synonyme de révélations planétaires sur les relations internationales, la situation politique, économique et sociale de certains pays, les régimes et les dirigeants eux-mêmes, au travers de plus de 250.000 notes de différentes ambassades américaines ou des nombreux services de renseignements des Etats-Unis.

«WikiLeaks» est depuis plus de six mois une source quasi intarissable d’informations plus ou moins importantes, récupérées dans la masse de documents classés «Confidentiels» dans les valises diplomatiques électroniques du monde, par un certain Julian Assange.

Fondateur de l’association et de son site éponyme, lui-aussi inconnu du grand public, Julian Assange, est aujourd’hui sous le coup de procédures judiciaires pour avoir divulgué des «secrets d’état», mais aussi, sur un registre tout à fait différent, pour une sale affaire de mœurs, qu’il conteste d’ailleurs...

Ces 251.287 secrets d’état, 20 Minutes a pu les consulter, en Norvège, grâce au quotidien national Aftenposten qui lui en a ouvert les accès. Ses journalistes ont sélectionné de nombreuses pièces de ce mécano mondial, celles notamment qui pourront aider à mieux comprendre les événements qui ont émaillé la vie souvent troublée des nations au cours des derniers mois, et les décisions des gouvernements concernés. Ainsi, 20 Minutes a-t-il choisi de publier dans ses colonnes et sur son site web, au fil des semaines, une série de «câbles» diplomatiques en relation avec l’actualité.

Il n’est pas question de mettre en péril l’issue de discussions politiques stratégiques pas plus qu’en danger, évidemment, la vie d’agents de renseignements identifiables ou même la réputation de diplomates. Pas de codes. Pas de nom qui ne soit justifié. Juste le souci de rendre l’information accessible au plus grand nombre, et de donner du sens à notre crédo, le «droit à l’information» pour les trois millions de lecteurs de 20 Minutes.

Imprévisible Tunisie…

On peut imaginer que les événements qui ébranlent aujourd’hui la stabilité autoritaire des pays du Proche-Orient et de toute la Méditerranée sont l’objet de multiples communications «confidentielles» entre les dirigeants de tous les pays du monde. Mais étaient-ils prévisibles?  Une partie de la réponse se trouve dans un câble de l’ambassade des Etats-Unis à Paris, dans lequel notre journaliste Gilles Wallon a trouvé l’ analyse d’un expert du ministère des Affaires étrangères, lorsque Bernard Kouchner en était le locataire…

Voilà un exemple de ce que 20 Minutes se propose d’extraire de la somme de ces documents qui circulent dans les coulisses virtuelles du monde réel….