Quatorze Français sont actuellement dans les camps d'entraînement d'Al-Qaida

MENACE La France est toujours une cible privilégiée de la nébuleuse...

M.P.

— 

La Direction centrale du renseignement intérieur (DCRI) est en alerte: Al-Qaida recrute à tours de bras des combattants, dont au moins une centaine d’Européens, parmi lesquels quatorze Français, révèle lundi Le Figaro. Ils s’entraînent dans les camps d’Al-Qaida dans la zone pakistano-afghane selon des «éléments recueillis présentement par les services français sur les différents acteurs terroristes de la zone», selon l'une des quatre notes blanches de la DCRI que s'est procuré le quotidien. 

«La région continue d'attirer les volontaires au combat armé, notamment européens. Ceux-ci sont passés, en moins de trois ans, de quelques cas isolés à plus d'une centaine d'individus», explique une note. Et dans cette zone frontalière, «la présence de 14 Français a été «signalée en 2010 dans cette zone».  D’après les experts en terrorisme, ils sont une menace importante. «Ayant vécu en Europe et nourrissant souvent des griefs personnels à l'encontre de leurs pays d'adoption, ces Européens sont susceptibles de s'impliquer dans des actions terroristes», explique une de ses notes confidentielles. Or, l’Europe et les Etats-Unis ont déjoué depuis 2009 au moins quatre actions terroristes liées aux zones tribales pakistanaises, rapporte Le Figaro.

La Tunisie en toile de fond

L’inquiétude est d’autant plus forte que des messages ont été diffusés en rapport avec le soulèvement en Tunisie. Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi) a annoncé un message à ses troupes selon lequel l'«Amérique, la France et le Maghreb n'accepteront jamais un véritable changement qui ne sert pas leurs intérêts en Tunisie » et que ces régimes «préparent le lancement d'un nouveau laquais qui les satisfera». Et ce communiqué vise tout particulièrement la France, accusé d’avoir soutenu «le tyran Ben Ali».

Pour toutes ces raisons, «la France et ses ressortissants demeurent une cible privilégiée d'Al-Qaida», assure ces notes de la DCRI.