Le tronc de Laëtitia reste introuvable malgré la vidange de l'étang en cours

RECHERCHES L'opération prendra 4 à 5 jours, mais «si c'est nécessaire, les trois pièces d'eau seront vidées»...

© 2011 AFP
— 

Les recherches se poursuivent. La vidange de l'étang de Lavau-sur-Loire où le corps démembré et incomplet de la jeune Laëtitia a été retrouvé mardi, est en cours ce jeudi avec le concours de la sécurité civile et d'unités notamment mobilisées après la tempête Xynthia.  En outre, pour ces recherches comme pour la poursuite de l'enquête,  quelque 150 gendarmes restaient toujours mobilisés pour clore ces  investigations et retrouver les restes manquants de Laëtitia.

«Des recherches ont aussi lieu dans d'autres endroits du département, notamment autour de Pornic»,  a précisé sur place l'aspirant Hugues Chrétien, adjoint à l'officier de  communication des Pays-de-la-Loire. Les opérations de vidange se font  notamment avec «l'aide de l'état-major de la sécurité civile de  Nogent-le-Rotrou» (Eure-et-Loir), avait précisé mercredi soir le  procureur de la République Xavier Ronsin.

«4 à 5 jours» de pompage

Deux  grosses pompes et douzes petites ont d'ores et déjà été mises en oeuvre  dès mercredi soir et assurent un débit moyen de 2.000 m3 ce qui, en  l'état, conduirait à un délai de vidange de «4 à 5 jours». Mais une  nouvelle pompe, notamment employée pour assécher les quartiers inondés  par Xynthia le 28 février 2010, d'un début de 4.000 m3 à elle seule,  doit arriver ce jeudi après-midi.

Par ailleurs, l'objectif n'est  pas le vidage complet mais la facilitation des recherches pour les  plongeurs dans les lieux les plus profonds, a ajouté Hugues Chrétien.  «Si c'est nécessaire, les trois pièces d'eau seront vidées», a-t-il  ajouté, faisant référence aux deux autres anciennes carrières également  remplies d'eau, situées à proximité immédiate du premier étang.

L'eau pompée déversée dans les champs

L'eau  pompée dans l'étang vidé en premier, celui où ont été trouvés les  premiers éléments du corps de Laëtitia, était ensuite déversée dans les  champs en aval des carrières, en direction de la raffinerie de Donges et  des bords de Loire. Des hélicoptères et des équipes de plongeurs  étaient égalements visibles jeudi matin aux abords de l'étang sondé, lui  aussi une ancienne carrière remplie d'eau.

«Les hélicoptères font des relevés et voient des choses qu'on ne distingue pas depuis le sol», a précisé Hugues Chrétien. Plusieurs membres de la famille de Tony Meilhon l'ont appelé, en donnant des entretiens à la presse mercredi puis jeudi, à «dire la vérité» sur l'endroit où il a dissimulé le tronc de sa victime et sur le déroulement exact de la nuit du drame.  Laëtitia a été vue pour la dernière fois vivante le 18 janvier à la  sortie de son travail dans un restaurant à la Bernerie-en-Retz.