Sarkozy promet à la famille d'accueil de Laëtitia qu'il y aura des sanctions

FAITS-DIVERS Il recevait les proches de la jeune fille à l'Elysée...

M.P. avec Reuters

— 

Une photo de Laëtitia placardée à La Bernerie-en-Retz, en Loire Atlantique, le 24 janvier 2011.
Une photo de Laëtitia placardée à La Bernerie-en-Retz, en Loire Atlantique, le 24 janvier 2011. — REUTERS/Stephane Mahe

Après que les ministres de l’Intérieur et de la Justice ont fait valoir lundi qu’il y avait eu, dans le suivi judiciaire de Tony Meilhon, une «défaille de la chaîne pénale» et une série de «dysfonctionnements», Nicolas Sarkozy a promis en début de soirée à la famille d’accueil de la jeune Laëtitia qu’il y aurait des sanctions.
 
La jeune adolescente a disparu près de Nantes et il est apparu que son assassin présumé, un repris de justice, a pu passer entre les mailles du filet de la justice malgré son profil de délinquant multiréitérant. Nicolas Sarkozy a assuré à la famille d’accueil de son «extrême détermination à faire que tous les moyens de l'Etat soient mis en œuvre» pour éviter la répétition d'une telle affaire.

La famille est touchée

Le chef de l'Etat a en outre déclaré à Gilles et Michèle Patron, qu'il a reçus plus d'une heure, que «tous les moyens seront mis en oeuvre pour retrouver le corps de Laëtitia», a indiqué l'Elysée. Il leur a dit aussi qu'«il ne laissera pas sans suite les défaillances de la chaîne pénale» dans le suivi de Tony Meilhon, mis en examen pour «enlèvement suivi de mort» et écroué à Nantes depuis le 22 janvier.
 
A la sortie de la réunion, Me Pascal Rouiller, l’avocat de la famille, a déclaré: «Je crois qu'ils sont extrêmement touchés du temps et de l'écoute qui leur ont été consacrés.» «Il a indiqué à M. et Mme Patron qu'il les reverrait lorsqu'il aura fait le point complet de la situation et lorsqu'il sera en capacité de dire pour l'avenir quelles sont les éventuelles modifications qui sont à décider et quelle est l'évolution que l'on peut attendre de cette affaire judiciaire», a-t-il dit à la presse.

«Il y a eu des fautes»

Philippe Boënnec, le député-maire UMP de Pornic qui assistait à la réunion, a estimé qu'il y a «eu des fautes qui ont été commises pendant toute la procédure, pendant la mise en liberté de Tony Meilhon.» «Ceux qui ont commis des fautes devront rendre compte de leurs fautes, le président de la République regardera ça personnellement», a-t-il ajouté.
 
Le père biologique de Laëtitia, Franck Perrais, a été reçu séparément à l'Elysée par le conseiller pour les affaires judiciaires de Nicolas Sarkozy, Jean-Pierre Picca, qui s'est engagé à le tenir lui aussi informé des suites de l'affaire.