Disparue de Pornic: Le corps de Laetitia toujours introuvable, Tony Meilhon rattrapé par son passé

ENQUÊTE n ex du suspect avait porté plainte pour agression sexuelle...

© 2011 AFP
— 
L'officier de communication des pays de Loire montre la photo de Laëtitia, une jeune femme de 18 ans disparue à Pornic (Loire-Atlantique), le 20 janvier 2010.
L'officier de communication des pays de Loire montre la photo de Laëtitia, une jeune femme de 18 ans disparue à Pornic (Loire-Atlantique), le 20 janvier 2010. — F. PERRY / AFP

Plus d'une semaine après la disparition près de Pornic (Loire-Atlantique) de Laetitia, 18 ans, de nouveaux éléments, dont une plainte récente pour agression sexuelle ont fait surface ce jeudi contre Tony Meilhon, principal suspect dans ce dossier, mais le corps de la jeune fille reste introuvable. Une ex-petite amie de Tony Meilhon, «Anne-Sophie», 31 ans, qui a fréquenté Tony Meilhon de février à décembre 2010, a indiqué avoir porté plainte contre lui, le 26 décembre dernier, pour «agressions sexuelles» et «menaces de mort».

Relations sexuelles forcées

«Il m'avait menacée de mort à plusieurs reprises et je sentais qu'il était capable de faire ce qu'il avait dit», a témoigné cette jeune femme qui habite à Nantes, sur l'antenne de RTL. Selon elle, alors qu'ils étaient en train de rompre, Tony Meilhon lui a expliqué qu'il pouvait «être un vrai prédateur» lorsque l'on «se refuse» à lui.

Elle déclare également, dans une interview au Parisien/Aujourd'hui en France, que Tony Meilhon lui a imposé des relations sexuelles forcées le 24 et le 26 décembre, ce qui a motivé sa plainte. Tony Meilhon, mis en examen le 22 janvier pour «enlèvement suivi de mort» et incarcéré, a un passé judiciaire chargé avec notamment un viol en 1997 et plusieurs autres faits de violences, menaces ou vols, soit 13 condamnations.

Laetitia a disparu après avoir quitté à 22h, le 18 janvier, son service dans un hôtel-restaurant de La Bernerie-en-Retz, près de Pornic, où elle était en contrat d'apprentissage. Tony Meilhon a ensuite été vu en sa compagnie à plusieurs reprises dans la soirée. Tony Meilhon nie avoir tué volontairement Laetitia, arguant d'un accident mortel de la circulation, sans dire ce qu'il aurait ensuite fait du corps.

Un sonar pour rechercher le corps dans la Loire

«Je sais qu'il ne dira jamais rien sur l'endroit où il a caché le corps», a aussi déclaré son ex-petite amie: «car selon lui, tant qu'il n'y a pas de preuves, il croit pouvoir échapper à la justice. Je le crois capable de faire 200 km dans la nuit pour cacher le corps». Selon une des soeurs de Tony Meilhon interrogée par BFMTV samedi, il était «rejeté par sa famille, rejeté par la société» et «s'insérer dans la vie, ça n'a pas été possible» pour lui. «Si vous lui faites pas de mal, tout va bien, il est gentil» et «puis, par contre, si vous lui faites des crasses, là, c'est pas du tout ça, c'est vrai qu'il peut être violent», avait-elle ajouté.

Un sonar a été utilisé jeudi matin dans la Loire, dans l'ouest de l'agglomération nantaise, sur la rive nord du fleuve, pour tenter de retrouver le corps de Laetitia. Mercredi le sonar avait été employé autour du pont de Saint-Nazaire. La famille d'accueil où Laetitia était placée, ainsi que sa famille biologique se sont toutes deux constituées parties civiles.

Me Emmanuel Riglaire - l'avocat de Franck Perrais, le père biologique de Laetitia -, qui s'occupe de plusieurs autres affaires impliquant des récidivistes, a souligné jeudi que «le problème n'est pas tant celui de la date de sortie de détention, mais de l'utilisation qu'on fait de la détention». «Si la prison reste le lieu sordide qu'elle est, on fabrique des Tony en puissance», a-t-il estimé. La famille d'accueil de Laetitia doit être reçue lundi à 17H00 par le président Nicolas Sarkozy. Deux marches silencieuses, une samedi à La Bernerie et une dimanche à Nantes, sont prévues.