Procès Bruno Wiel: Entre 15 et 20 ans de prison requis contre les accusés

JUSTICE Ils avaient passé à tabac le jeune homme, parce qu'il était homosexuel selon l'accusation...

M.P.

— 

Bruno Wiel devant le Palais de justice de Créteil le 20 janvier 2011.
Bruno Wiel devant le Palais de justice de Créteil le 20 janvier 2011. — BAUDET/JDD/SIPA

«On avait vu qu'il était éméché et homo, on en a profité pour le voler, raconte un des prévenus. Il y a plusieurs facteurs déclenchants, on ne peut pas nier que l'homosexualité en a été un», expliquait mercredi à la barre l’un des agresseurs présumé de Bruno Wiel. Ce jeune homme avait été violemment agressé, violé, torturé et laissé pour mort en 2006 à Vitry-sur-Seine par quatre jeunes hommes. La Cour d'assises du Val-de-Marne a requis des peines sévères à l’encontre des accusés, entre 15 et 20 ans de réclusion ce jeudi.

Toute la question de ce procès était de déterminer si cette agression avait un caractère homophobe ou non. Pour l’accusation et SOS homophobie, c’est oui, c’est bien l’homosexualité de Bruno Wiel qui a poussé les quatre hommes à s’en prendre à lui mais les agresseurs présumés l’ont toujours nié explicitement. Ils ont expliqué leurs actes par l’alcool et la «frustration» car leur victime n’avait sur lui que dix euros.

Bruno Wiel, qui a passé sept mois en rééducation après son agression, attendait, lui, que le caractère homophobe de son agression soit reconnu. «C’est important qu’en France on voit que nous sommes encore sur des clichés, que l’homosexuel a de l’argent, qu’il est une proie facile», déclarait-il au micro d’i-Télé.