Marseille: Victime d’un vol à l'arraché, une femme de 74 ans meurt de ses blessures

© 2011 AFP

— 

Une femme âgée de 74 ans est morte à Marseille, à l'hôpital où elle avait été transportée la semaine dernière à la suite d'un vol à l'arraché, a-t-on appris ce mercredi de source proche de l'enquête et auprès du parquet de Marseille. Ce dernier a requis l'ouverture d'une information judiciaire.

Mercredi dernier, la victime attendait vers 8h40 à un arrêt de bus dans le quartier Saint-Antoine (15e arrondissement) quand deux jeunes en scooter se sont emparés de son sac à main, la faisant tomber sur la chaussée et la traînant sur plusieurs mètres.

Important traumatisme crânien

Dans un premier temps, après les soins prodigués par les marins-pompiers, une fracture du fémur avait été détectée. Selon le procureur de la République de Marseille, Jacques Dallest, la victime avait également été «blessée à la tête» et transportée à l'hôpital Nord. Rapidement la septuagénaire est tombée dans le coma et a fini par succomber à un important traumatisme crânien sans avoir repris connaissance.

«L'autopsie pratiquée dans le cadre de l'enquête judiciaire révélait que son décès était en relation directe avec l'agression dont elle avait été victime le 19 janvier 2011 et était la conséquence des blessures qui lui avaient alors été infligées», a précisé le procureur, dans un communiqué.

Le parquet a confié l'enquête à la brigade criminelle de la sûreté départementale, déjà en charge de plusieurs agressions dans le secteur, et a lancé un appel à témoins.

Des mineurs de 15 ans responsables?

Selon une source proche de l'enquête, des premiers témoignages évoquent la possibilité que le vol à l'arraché ait pu être perpétré par deux mineurs de quinze ans résidant aux alentours du parc Kalliste, une cité sensible de cet arrondissement des quartiers nord.

«A ce stade des investigations, afin de donner à l'enquête le cadre juridique le plus approprié, le parquet requiert le 26 janvier 2011 l'ouverture d'une information judiciaire du chef de vol commis en réunion ayant été précédé, accompagné ou suivi de violences ayant entraîné la mort», a souligné Jacques Dallest.

«Ce crime est prévu par l'article 311-10 du code pénal et fait encourir à ses auteurs la peine de réclusion criminelle à perpétuité», a-t-il précisé.