Chine: un chauffard meurtrier jugé après un vif débat sur l'internet

© 2011 AFP

— 

Le fils d'un haut responsable policier chinois, accusé d'avoir écrasé deux étudiantes alors qu'il conduisait en état d'ébriété, s'est finalement retrouvé au tribunal, après un vif débat sur l'internet sur une possible impunité du chauffard.

L'accusation a requis trois ans et demi de prison, tandis que l'avocat du prévenu, Li Qiming, a demandé une peine de trois ans de réclusion avec sursis, en affirmant qu'il avait exprimé des remords, a rapporté l'agence Chine nouvelle.

Le procès s'est tenu au tribunal de la ville de Wangdu, dans la province du Hebei (nord) où se sont déroulés les faits, a indiqué par téléphone à l'AFP un responsable du tribunal.

Li Qiming, âgé de 22 ans au moment de l'accident, a percuté en octobre dernier deux étudiantes de 20 ans sur un campus universitaire du Hebei, tuant l'une et blessant grièvement l'autre. Il a essayé ensuite de prendre la fuite.

"Poursuivez-moi si vous osez", aurait-il lancé à la foule qui tentait de l'empêcher de prendre le large. "Mon père est Li Gang", aurait ajouté Li Qiming, fils du directeur-adjoint de la sécurité publique du district de Beishi dans la ville de Baoding.

Des prélèvements sanguins ont mis en évidence que Li Qiming conduisait en état d'ébriété.

Les faits ont déclenché des réactions outrées de très nombreux internautes chinois, scandalisés par l'hypothèse que le jeune homme puisse bénéficier d'une quelconque impunité en raison du poste de son père.

Le sujet avait été repris au bout de quelques jours par la presse, pourtant étroitement contrôlée, une victoire en soi pour les internautes. La comparution au tribunal de Li Qiming représente un autre motif de satisfaction pour les cybercitoyens.

La famille de l'étudiante décédée aurait, selon la presse, été poussée à ne plus s'exprimer sur l'affaire après avoir reçu une compensation de 460.000 yuans (51.000 euros).

Chen Lin, le frère de la victime, a toutefois déclaré au journal Global Times redouter que Li Qiming ne soit pas puni conformément à la loi.

Les internautes chinois, les plus nombreux au monde, utilisent de plus en plus l'internet pour dénoncer les passe-droits de notables locaux corrompus ou ce qu'ils considèrent comme des erreurs de justice.