La SNCF réitère « ses regrets »

— 

Une repentance confirmée. Le président de la SNCF, Guillaume Pepy, a exprimé hier les « regrets » de la compagnie pour le rôle qu'elle a joué dans la déportation de Juifs vers les camps d'extermination nazis. « Je veux dire aujourd'hui la profonde douleur (...) de la SNCF pour les conséquences des actes de la SNCF de l'époque », a-t-il déclaré, lors d'une cérémonie à Bobigny, en présence de Simone Veil, ancienne déportée. En novembre, aux Etats-Unis, Guillaume Pepy avait déjà fait part du souhait d' « exprimer son regret ».