« Le Parti socialiste a la responsabilité de l'alternance »

— 

François Hollande
Député et président du conseil général de Corrèze.
Pourquoi rêver maintenant

de la présidentielle

alors que vous étiez premier secrétaire en 2007 ?
En 2007, j'avais deux écueils. Le premier, politique, avec la difficulté de rassembler le parti après le référendum européen et un, plus personnel, avec Ségolène [Royal]. Elle avait anticipé, elle avait créé une relation avec l'opinion. Sa candidature était irrépressible, inarrêtable.
En quoi votre vision économique

est-elle différente de celle

de Dominique Strauss-Kahn ?
Nous sommes ni différents ni semblables. Je parle beaucoup plus que lui de la réforme fiscale, des questions de pouvoir dans l'entreprise. De la jeunesse aussi. Le candidat de la gauche devra être le candidat de l'espoir. Les grandes élections se gagnent sur le changement.
Le Parti socialiste est-il

plus uni aujourd'hui que lors

de la précédente présidentielle ?
Je le crois. Mais replonger cinq ans dans l'opposition est un sacré danger. Le PS a la responsabilité de l'alternance. S'il n'assure plus cette mission, un autre parti finira par prendre la place. Le PS n'est pas éternel. Quelle est l'identité de ce parti ? C'est ça la vraie question. recueilli par M. GO.