Luc Chatel: «Le statu quo n'est pas possible» sur les rythmes scolaires

EDUCATION Le ministre a commenté les premières conclusions de la commission...

Catherine Fournier

— 

Le ministre de l'Education nationale, Luc Chatel, a lancé lundi trois chantiers pour améliorer le fonctionnement des établissements de réinsertion scolaire (ERS) dont il a reconnu et "assumé" les incidents, sans remettre en cause le dispositif lui-même.
Le ministre de l'Education nationale, Luc Chatel, a lancé lundi trois chantiers pour améliorer le fonctionnement des établissements de réinsertion scolaire (ERS) dont il a reconnu et "assumé" les incidents, sans remettre en cause le dispositif lui-même. — Lionel Bonaventure AFP

Rien n'est encore acté mais il va y avoir du changement. C'est en substance ce qu'a indiqué Luc Chatel ce mardi matin au sujet des rythmes scolaires, qui ne sont plus «adaptés à la vie de la société».

Interrogé sur France Info alors que la commission mise en place sur cette question doit rendre un pré-rapport ce mardi, le ministre a été clair: «Le statu quo n'est pas possible. On ne peut pas se contenter d'une énième rustine.»

Sur le contenu des changements à venir, en revanche, Luc Chatel s'est montré beaucoup plus prudent. Qu'il s'agisse de réduire les vacances d'été, de repasser à la semaine de quatre jours et demi en primaire ou de rallonger les congés de la Toussaint, aucune décision n'est prise. Le gouvernement fera ses propositions en juin, a rappelé le ministre. 

Primes pour les proviseurs
Luc Chatel a confirmé l'attribution de primes au mérite pour les proviseurs de lycée et les principaux de collège, la justifiant par la volonté de «valoriser l'engagement personnel des acteurs de l'éducation nationale». Le ministre a réfuté le fait que ces primes soient attribuées en fonction du nombre de postes supprimés.