Pornic: Questions autour du suivi de Tony Meilhon

JUSTICE L'inspection des services pénitentiaires est chargée d'une enquête...

Catherine Fournier
— 
Tony Meilhon a été interpellé à Arthon-en-Retz (Loire-Atlantique) le 20 janvier 2011.
Tony Meilhon a été interpellé à Arthon-en-Retz (Loire-Atlantique) le 20 janvier 2011. — F. ELSNER / 20 MINUTES

De quel suivi bénéficiait Tony Meilhon, mis en examen samedi pour «enlèvement suivi de la mort» et «viol» dans l’affaire de la disparition de Laëtitia, 18 ans, à Pornic? L'inspection des services pénitentiaires a été chargée de répondre à cette question par le ministère de la Justice. Des éléments sont d’ores et déjà connus. 20minutes.fr fait le point.

Quel était l’objet de la dernière condamnation de Tony Meilhon?
«Outrage et menace sur magistrat», selon une source proche du dossier contactée par 20minutes.fr. Condamné à un an de prison dont six mois ferme, l’homme est sorti en février 2010. Lui restaient alors six mois de sursis avec mise à l’épreuve à effectuer, assortis de diverses obligations à respecter. Mais selon cette même source, cette période peut être prolongée, jusqu’à deux ans, afin d’assurer un suivi de la personne condamnée.

Avait-il été libéré de manière anticipée?
Non. Selon la chancellerie, il «a exécuté l'ensemble de ses condamnations pénales», sans bénéficier de remise de peine. Il n’était donc pas sous le régime de la libération conditionnelle, qui implique un suivi socio-judiciaire plus important.

Pourquoi était-il recherché depuis le 4 janvier?
Parce qu’il avait omis de signaler son changement d’adresse. Une obligation à laquelle il est contraint depuis son inscription sur le Fichier judiciaire des auteurs d'infractions sexuelles. L’alerte avait été donnée et il «était inscrit au fichier des personnes recherchées» depuis le 4 janvier. En cas de contrôle d’identité ou routier, les services de police et de gendarmerie sont ainsi prévenus et peuvent procéder à une interpellation. Mais il n’y a généralement pas de recherche «active» de leur part.

Quel est le parcours judiciaire de l’individu?
A 31 ans, il a passé près de quinze ans en détention, pour diverses condamnations. L’une d’entre elles a été prononcée pour un viol «commis en 1997», sur un co-détenu selon Europe 1. Selon nos informations, Tony Meilhon a écopé cette fois-ci de cinq ans de prison, dont un avec sursis. A l’issue de cette peine, entamée en 2001, il aurait bénéficié d’un suivi de trois ans, effectué majoritairement en prison, où il a été renvoyé rapidement pour d’autres condamnations.