Disparue de Pornic: Tony Meilhon «était inscrit au fichier des personnes recherchées depuis le 4 janvier»

ENQUETE Revivez les événements de ce dimanche en temps réel...

C. F. et J. M., avec G. F. à Pornic
— 
Un appel à témoin concernant la disparition de Laetitia Perrais est affiché le 22 janvier 2011 sur la porte d'une boulangerie de Pornic (Loire-Atlantique).
Un appel à témoin concernant la disparition de Laetitia Perrais est affiché le 22 janvier 2011 sur la porte d'une boulangerie de Pornic (Loire-Atlantique). — AFP PHOTO/JEAN SEBASTIEN EVRARD

Laëtitia reste toujours introuvable ce dimanche, alors que le principal suspect dans «la disparition et le probable décès» de la jeune fille à Pornic (Loire-Atlantique) a été mis en examen pour «enlèvement suivi de la mort de la victime, en état de récidive légale» et «viol».

Les recherches se sont concentrées autout du domicile du suspect, à Arthon-en-Retz. Les nombreux enquêteurs y participant ont été rejoints, dans l'après-midi, par des plongeurs qui «inspectent des trous d'eau». Le secteur a été entièrement bouclé, avant l'arrêt des recherches, à la nuit tombée.

Une deuxième personne a bien été placée en garde-à-vue dans le cadre de  l’enquête, a indiqué le procureur de la République de Nantes. Celle-ci,  entamée samedi en fin d’après-midi, a été prolongée ce dimanche de  vingt-quatre heures.

«Elle le connaissait depuis 15 jours»

«C’est un homme qui était dans l’entourage de Tony Meilhon et de la victime dans les heures qui ont précédé la disparition», a indiqué à 20minutes.fr Xavier Ronsin. «Son témoignage est important pour confirmer ou infirmer les déclarations du mis en examen.» Par ailleurs, «aucun corps n’a été retrouvé à cette heure», a-t-il ajouté.

L'inspection des services pénitentiaires a été chargée d'analyser  les conditions dans lesquelles était assuré le suivi de Tony Meilhon, déjà condamné, pour viol notamment. Selon le porte-parole du ministère de la Justice, le suspect «a exécuté l'ensemble de ses condamnations pénales», mais le jeune homme «était inscrit au  fichier des personnes recherchées depuis le 4 janvier, car il avait omis  de signaler son changement d'adresse».

«Elle le connaissait depuis 15 jours», a déclaré sur France 2 la fille de la famille d'accueil dans laquelle Laëtitia vivait depuis six ans. La jeune fille disparue était «quelqu'un de très doux, naïve, innocente», a-t-elle ajouté. Jusqu'à présent, les premiers éléments de l'enquête semblaient indiquer qu'ils s'étaient rencontrés le jour même de la disparition.

>> Qui est Tony Meilhon? Son portrait est par ici.

Tony Meilhon, toujours aussi peu bavard, a refusé d'être assisté par un avocat et «conteste les accusations portées contre lui», évoquant «un simple accident mortel de la circulation», selon Wavier Ronsin, procureur de la République de Nantes. Ce dernier a indiqué samedi que «les premières expertises génétiques ont confirmé que les traces de sang découvertes dans le véhicule de M. Tony M. étaient bien celles de Laetitia».

«Il ne dira pas où il a  planqué le corps de Laëtitia: si on ne le  retrouve pas, on ne pourra prouver le viol qui lui est reproché», a indiqué un proche du suspect à 20minutes.fr. Selon lui, Tony Meilhon est un «dur à cuire» qui sait ainsi se jouer des rouages de la justice et «les enquêteurs ne pourront pas non plus établir  s’il s’agissait d’un accident de la voiture ou d’un meurtre.»

La famille de la jeune fille est «dans l'attente». Mais, ils «n'y  croient plus» et veulent maintenant «faire le deuil», a indiqué à Europe 1 la soeur adoptive de Laëtitia. Mais pour cela, il faudra que les enquêteurs retrouvent le corps.

Ci-dessous, le témoignage de la soeur du suspect: 



Et ici, celui de la mère adoptive de Laëtitia: