Disparue de Pornic: Le suspect déféré devant le parquet, les recherches se poursuivent

FAIT DIVERS Tony M., déjà connu des services de police, est la dernière personne à avoir été vue en compagnie de Laëtitia...

© 2011 AFP
— 
L'officier de communication des pays de Loire montre la photo de Laëtitia, une jeune femme de 18 ans disparue à Pornic (Loire-Atlantique), le 20 janvier 2010.
L'officier de communication des pays de Loire montre la photo de Laëtitia, une jeune femme de 18 ans disparue à Pornic (Loire-Atlantique), le 20 janvier 2010. — F. PERRY / AFP

L'homme en garde à vue depuis jeudi matin dans le cadre de la disparition de la jeune Laëtitia Perrais, 18 ans, a quitté samedi à 11h30 la gendarmerie de Pornic (Loire-Atlantique) pour être transféré au palais de justice de Nantes.

Tony M. a quitté, dans un convoi de trois véhicules précédés de motards, la gendarmerie de Pornic à l'issue de 48 heures de garde à vue.

Le convoi devait se rendre au palais de justice de Nantes, chargé des affaires criminelles, où l'homme doit être déféré devant le parquet.

Accident et traces de sang

Ce suspect est la dernière personne avec laquelle Laëtitia a été vue dans la nuit de sa disparition, entre mardi et mercredi. Il a affirmé lors de sa garde à vue avoir eu un accident matériel entre son véhicule et le scooter de la jeune fille, retrouvé abandonné à quelques dizaines de mètres de la maison de celle-ci.

Des traces de sang humain ont également été relevées dans le coffre de la voiture volée utilisée par le gardé à vue. Des analyses sont en cours pour vérifier s'il s'agit de celui de Laëtitia.

L'espoir de la retrouver «s'amenuise»

Il n'y avait toujours aucune nouvelle, samedi matin, de Laëtitia Perrais, 18 ans, portée disparue depuis mercredi matin, a-t-on appris samedi de source proche de l'enquête. Les enquêteurs, qui ont mené des recherches tous azimuts, privilégient toujours la thèse de l'enlèvement et les soupçons restent focalisés sur l'homme interpellé jeudi.

Questionnée sur les chances de retrouver la jeune fille vivante, la procureure de Saint-Nazaire Florence Lecoq avait déclaré vendredi soir: «Plus le temps passe, plus cet espoir, hélas, s'amenuise».

La jeune fille a quitté à 22h mardi soir son service dans un hôtel-restaurant de La Bernerie-en-Retz, près de Pornic. La nuit de sa disparition, elle a envoyé des SMS à un de ses amis indiquant qu'elle avait été violée.