Des parents portent plainte contre un député UMP qui a giflé leur fils de 12 ans

POLÉMIQUE ernard Carayon aurait exigé que l'enfant présente des excuses à genoux après une altercation avec son propre fils...

J. M.

— 

Bernard Carayon, député du Tarn et maire de Lavaur, à Paris en mai 2008.
Bernard Carayon, député du Tarn et maire de Lavaur, à Paris en mai 2008. — SIMON ISABELLE/SIPA

Une famille a annoncé ce mercredi avoir porté plainte contre le député UMP du Tarn, qui a giflé leur fils de 12 ans. Bernard Carayon a reconnu les faits, qu’il justifie par le fait que le garçon aurait bousculé son fils. Mais les parents du petit giflé racontent que le député l’aurait également fait mettre à genoux, exigeant des excuses.

«Je lui ai donné une claque»

Bernard Carayon nie la version avancée par les parents et raconte la sienne à La Dépêche: «Mon fils (de 11 ans, ndlr) est revenu d'une partie de football en sanglots. Il m'a raconté qu'il s'était fait bousculer par des plus grands que lui.» En l’entendant expliquer que «ce n'était pas la première fois» et qu’il a été traîté de «fils de pute», le député voit rouge.

«Je suis allé au domicile des parents qui n'habitent pas très loin de mon domicile. Ces derniers n'étaient pas là, mais il y avait le jeune», raconte Bernard Carayon. Il a donc «sermonné» le garçon, qui «tremblait», et lui a «demandé de s'excuser». «Je lui ai donné une claque», reconnaît le député, estimant que «n'importe quel père l'aurait fait».

«Nous les Français, on est des gens très droits»

«Contrairement à lui, nous pensons que ces litiges doivent se régler entre adultes», répond la mère du jeune garçon dans La Dépêche. Elle indique également que lorsque son mari et elle (d’origine portugaise mais nés en France, précise-t-elle) ont été demander des explications au député, celui-ci leur a répondu: «Nous les Français, on est des gens très droits.»

Mais ce qui a le plus choqué les parents du jeune garçon, ce ne sont pas les «deux petites baffes» qu’il dit avoir reçues, mais l’humiliation qu’il aurait subie. «Il l'a fait mettre à genoux devant son fils et son copain pour présenter des excuses», raconte la mère, qui précise avoir puni son enfant parce qu’«il n'a pas a proférer des insultes», mais avoir également «porté plainte contre le député».

Contacté par 20minutes.fr, Bernard Carayon n'était pas joignable dans l'immédiat.