Le parquet requiert la condamnation d'Eric Zemmour, sans préciser de peine

DISCRIMINATION Il risque au maximum un an de prison et 45.000 euros d'amende...

Avec Reuters

— 

Le chroniqueur Eric Zemmour à son arrivée au tribunal de Paris, le 11 janvier 2011
Le chroniqueur Eric Zemmour à son arrivée au tribunal de Paris, le 11 janvier 2011 — REUTERS/Jacky Naegelen

Le parquet a requis vendredi la condamnation du chroniqueur Eric Zemmour pour diffamation et incitation à la discrimination raciale en laissant le soin du tribunal de Paris d'apprécier la peine.

Le maximum prévu par la loi pour ce délit est de un an de prison et 45.000 euros d'amende mais les parties civiles n'ont réclamé qu'une somme symbolique ou quelques milliers d'euros.

Le procureur, Anne Defontette, a réclamé en revanche la relaxe pour l'incrimination d'incitation à la haine et à la violence réclamée par une association antiracite.

«La discrimination, c'est un délit»

Selon Anne Defontette, les propos reprochés au journaliste sont d'autant plus graves qu'il s'agit «d'un polémiste reconnu, un trublion parfois et l'un des intellectuels les plus en vue.» «La discrimination, ce n'est pas un droit, c'est un délit», a-t-elle lancé à l'adresse du prévenu.

Eric Zemmour est poursuivi pour avoir affirmé le 6 mars 2010 sur l'antenne de Canal+ que les Français issus de l'immigration sont plus contrôlés que les autres «parce que la plupart des trafiquants sont noirs et arabes». Sur France Ô, il avait déjà assuré que les employeurs «ont le droit» de refuser des postulants arabes ou noirs.

A l'issue de l'audience, vendredi, une cinquantaine de partisans du chroniqueur ont lancé «Bravo Zemmour». Les parties civiles ont insisté sur l'enjeu du procès. «Si M. Zemmour est relaxé, ça veut dire qu'aucun fait ne pourra plus être sanctionné pour racisme», a dit Me Patrick Klugman.

Selon lui, Eric Zemmour «n'est pas Jean-Marie Le Pen et n'a pas un projet politique, mais c'est peut-être le journaliste politique le plus important aujourd'hui» et il a donc une responsabilité particulière dans son expression.

En raison de débordements systématiques, 20minutes.fr se voit contraint de fermer les commentaires sous cet article. Merci de votre compréhension.